eh beh

Juste pour dire que je suis rentré à 1h du matin, que je bosse à 7 heures demain, et que j’ai 1 heure de trajet, je commence à comprendre la définition du métro boulot dodo.

De plus, j’ai perdu une amie d’enfance pour des raisons vraiment à la con, et tout ça à travers le net, ça me fait bien chier, mais lui courir après ne lui donnerait que trop d’importance, alors que si elle a fait ce choix, c’est qu’elle a dû changer, et plus qu’un peu. Vraiment déçu.
Bonne nuit.

Y-a-t-il un substitutif aux Jeux Vidéo?

D’abord, c’est une première, contrairement à ce que disait Jazka, on peut parler de ce qui se passe devant l’ordinateur dans son blog 😉
Ensuite, on s’est posé longuement la question, que font les gens *normaux* quand ils sont seuls et qu’ils ne sont pas devant leur PC, et par voie de conséquence, quel substitutif existe-t-il au competitive gaming, ou aux jeux vidéos, tout simplement.

Je vous laisse méditer, je ramasserai les copies plus tard et je vous donnerai la correction officielle quand j’aurai le temps, demain taffage à 13h, non pas que je doive me lever tôt, mais dormir ne fait jamais de mal.

J’ai vu la guerre, la victoire

Quand je parle de la guerre, c’est celle des étoiles, quand je parle de victoire, je parle de celle de Lucas, le pari fou de finir cette série. Bon je ne vais pas épiloguer, j’ai adoré. On s’était mis en condition, on a regardé vendredi soir l’épisode II qui il faut le dire est bien mou. Fatigués, on s’est presque endormis devant, ce qui nous a forcé à regarder la fin 30 minutes avant d’aller voir le 3 samedi après-midi. Moralité, on était vraiment bien dedans, sauf les deux trois gosses derrière qui parlaient et que j’aurai volontiers étripé si j’avais eu les ongles un peu plus longs, tout s’est passé tranquillement. Presque aussi fort niveau émotion que le 3ème volet de la trilogie des anneaux. Tellement passionné par l’oeuvre qu’en rentrant, on est allé louer le IV. Et ça passe bien, même si les transitions effets spéciaux de maintenant, images de l’époque provoquent des douleurs anales.

Sinon, semaine plutôt tranquille, loin de Paris, de Roland Garos, de mon PC, et tout ce que ça entraîne. Heureux de rentrer, pour se remettre dans le rythme.

 

lega lega legalisation

Cette belle plante qui fait tant parler d’elle s’est retrouvée aujourd’hui sur mon écran lors de ma visite quotidienne du site du monde. Phénomène de société à l’heure actuelle, on en entend parler un peu partout, la canarévolution est en route.

Cette article parle donc de la consommation qui ne cesse d’augmenter chez les jeunes avec comme chiffre frappant notament le "A 18 ans, un garçon sur cinq est usager régulier". Bien sûr ce n’est qu’une petite étude, mais je pense que ça se rapproche de la réalité. On trouve également un petit graphique avec les pourcentages de consommation selon l’âge et le sexe, enfin on trouve un dernier graphique exprimant les autres drogues selon l’âge et le pourcentage de la société consommant ces drogues. Le premier article a un côté intéressant pour l’analyse qu’il fait des différents mode de consommation du canabis, ainsi que l’analyse des différents poucentages de THC dans chacun. Dans les trucs à retenir, on note qu’évidemment, les gens qui fument ont des difficultés sociales mais également que "la consommation de canabis est plutôt une conséquence qu’une cause de ces difficultés". Enfin 20% des fumeurs réguliers disent qu’il est difficile de s’en passer toute une journée. Ce à quoi je répondrai qu’effectivement la dépendance est psychique et non physique contrairement à d’autres drogues. Concrètement, comme je le comparais l’autre jour avec je ne sais plus qui, c’est comme quelqu’un qui est mort, il te manque souvent, et tu penses beaucoup à lui, mais une fois que tu t’es endormi, la vie continue.

Mon avis par rapport à tout ça, je dirai que fumer n’est pas gênant tant que ça reste festif et occasionnel. Attention cependant à ne pas faire la fête tous les jours 😉

J’ai vu, j’ai ri, et tu le lis!

Tout est dans le titre, je ne sais pas d’où ça vient, mais j’ai bien aimé. (c) à l’auteur inconnu donc.

"La scène : un poulet au bord d’une route. Il la traverse.
Question : Pourquoi le poulet a-t-il traversé la route ?

LES REPONSES

RENÉ DESCARTES : Pour aller de l’autre côté.
PLATON : Pour son bien. De l’autre côté est le Vrai.
ARISTOTE : C’est la nature du poulet de traverser les routes.
KARL MARX : C’était historiquement inévitable, la liberté était de l’autre côté.
CAPTAIN JAMES T. KIRK (STAR TREK) : Pour aller là où aucun autre poulet n’était allé auparavant.
MARTIN LUTHER KING JR. : J’ai la vision d’un monde où tous les poulets seraient libres de traverser la route sans avoir à justifier leur acte.
MOISE : Et Dieu descendit du paradis et Il dit au poulet : " Tu dois traverser La route". Et le poulet traversa la route et Dieu vit que cela était bon.
RICHARD M. NIXON : Le poulet n’a pas traversé la route, je répète, le poulet n’a JAMAIS traversé la route.
SIGMUND FREUD : Le fait que vous vous préoccupiez du fait que le poulet a traversé la route révèle votre fort sentiment d’insécurité sexuelle latente.
BILL GATES : Nous venons justement de mettre au point le nouveau Poulet Office 2000 XP, qui ne se contentera pas seulement de traverser les routes, mais couvera aussi des oeufs, classera vos dossiers importants, etc.
BOUDDHA : Poser cette question renie votre propre nature de poulet.
GALILEE : Et pourtant, il traverse.
CANTONA : Le poulet, il est libre le poulet. Les routes, quand il veut, il les traverse.
CHARLES DE GAULLE : Le poulet a peut-être traversé la route, mais il n’a pas encore traversé l’autoroute !
JACQUES CHIRAC : Parce que je n’ai pas encore dissous la route.
L’EGLISE DE SCIENTOLOGIE : La raison est en vous, mais vous ne le savez pas encore. Moyennant la modique somme de 10 000 F par séance, plus la location d’un détecteur de mensonges, une analyse psychologique nous permettra de la découvrir.
BILL CLINTON : JE JURE sur la constitution qu’il ne s’est rien passé entre ce poulet et moi.
ANDERSEN CONSULTING : La dérégulation du côté de la route où se trouvait le poulet menaçait sa position dominante sur le marché. Le poulet était donc confronté au challenge significatif de créer et développer les compétences requises pour ce nouveau marché compétitif. Andersen Consulting, en partenariat avec le client, a aidé le poulet à repensé sa stratégie de distribution physique et ses processus d’implantation. En utilisant le nouveau Poultry Integration Model (PIM), Andersen a aidé le poulet à mettre à profit ses talents, méthodologies, connaissances, fonds et expériences de manière à aligner le personnel, les processus et la technologie du poulet sur sa stratégie globale au sein d’un Program Management Framework. Andersen Consulting a réuni pendant un tour de conférence de 2 jours un large panel constitué d’analyse des routes et des meilleurs poulets avec des consultants Andersen possédant de grandes connaissances dans l’industrie du transport afin de profiter au maximum de leur capital de connaissances personnelles, implicitement et explicitement, et de leur permettre d’entrer en synergie les uns avec les autres de manière à parvenir au but implicite de sortir, d’architecturer et d’implanter avec succès un framework d’entreprise au travers du continuum des processus de trans-médiane de la gent gallinacée. La réunion a eu lieu dans un endroit ressemblant à un parc, ce qui a permis de créer un environnement plein de sens, en ce qu’il véhiculait un message stratégique pour l’industrie, construit sur une vision cohérente et claire du marché, et qu’il était en adéquation avec les valeurs fondamentales, la mission et la vision du poulet. Cela nous a guidé tout au long de la solution d’intégration de l’entreprise. Andersen Consulting a participé à la réussite de la migration du poulet. Merci pour votre attention.
ZEN : Le poulet peut vainement traverser la route, seul le Maître connaît le bruit de son ombre derrière le mur.
DOC GYNECO : Ouah, cool, le poulet, il est hyper cool, mais là quand il traverse la route, là tu vois, j’hallucine, c’est trop prise de tête.
AIME JACQUET : Ouais, je leur ai fait traverser la route ! Personne ne me faisait confiance mais j’y suis arrivé. Qu’est-ce t’y connais aux poulets, toi ?
RICHARD VIRENQUE : C’était pas un lapin ?"


Et toi l’ami, ça te fait rire, ou simplement sourire?

Des bas des hauts, il y en a partout.

Samedi avait lieu le mariage de Cécile, notre soeur aînée. Etant resté sur Paris pour Roland Garros, ça fait évidemment bizarre de rentrer le samedi au dernier moment pour un mariage qui me touche de très prêt. J’étais donc pas très concerné jusqu’à arriver sur place en rentrant à la maison où je fus très vite mis dans l’ambiance. C’était un mariage super qui avait comme particularités que la personne dans la robe blanche était ma grande soeur et que je connaissais énormément de monde mais qui m’a permis également de revoir tous les amis de la famille. Revoir tous les amis de mes parents maintenant qu’on avait tous beaucoup grandi était très différent. L’absence de Papa s’est fait ressentir énormément, parce qu’on aurait tous souhaité qu’il soit là, mais c’est une évidence, il ne sera plus là pour rien du tout. Et voir tous ces amis qui sont là et qui nous ont vu grandir qui viennent pour voir l’aînée de la famille qui se marrie est un bel hommage et est un rassemblement on ne peut plus joyeux même si tout le monde pense à son absence. Il me manque, il nous manque, il nous a encore manqué et il nous manquera encore.



Charles Flore & moi

Ce mariage était très important pour ma soeur qui comme beaucoup de filles rêvent d’un grand mariage avec tout en grand, il fallait donc que ce soit un summum, et je crois qu’on en était pas loin. L’émotion dégagée tout au long de cette journée avait quelque chose de fantastique, non pas par la surprise ou la réjouissance de voir Cécile et Bertrand s’unir, parce que ce n’est plus une surprise maintenant, mais plus pour la magie qui entourait tout cet évènement. J’en avais des frissons dans le dos, à crier des "vives les mariés" avec les cousines. Voir Cécile pleurer de rire pendant les diffusions de vidéo de notre jeunesse marque également un tournant, cette fois c’est certain, on est devenu grands. Et jusqu’à 5 heures du matin quand ils sont repartis sous notre haie de Ola, la magie était là, on avait tous envie de les remercier pour ce qu’ils avaient fait pour nous, pour eux. Un moment magique et inoubliable.
Après avoir dormi deux toutes petites heures, je me suis réveillé pour prendre le train de 8h38 qui me ramènerait vers Roland Garros et ma journée de formation qui fut très difficile, après un tel évènement, la magie est retombée très vite, et le fait de ne pas avoir été avec tout le monde pour le déjeuner du dimanche quand ils restent que la famille proche me manquera toute la vie, tout ça pour une journée de formation d’un stage. Un peu dommage.
Journée fatigante et difficile donc, qui s’achève quand je rentrai ce soir à la maison par un coup de téléphone de Maman alors que j’étais en train de faire une partie de Quake avec mes copains.

La vie, surtout dans la famille Mennesson n’est pas que toute rose, et j’ai pensé à Pauline quand j’ai vu Cécile et Bertrand repartir et je me suis dit qu’on avait pas eu de nouvelles donc que son état n’avait pas interagit sur l’ambiance de la fête. Seulement le coup de fil de Maman était pour signaler le décès de Pauline, ce dimanche 15 mai 2005 à 11h30 à l’âge de 21 ans, ma cousine s’était éteinte. Atteinte d’un cancer au cerveau depuis un peu moins de trois ans, elle avait enchaîné les thérapies et chimio, sans succès. Elle se décomposait lentement à Amiens en préparant un départ ciel certain et soudain. La peur que cela se passe avant le mariage de Cécile était certes égoïste, mais compréhensible. On n’est pas passé loin, bien que dans l’état où elle était les dernières fois où je l’avais vu, on peut se demander si c’est encore la cousine Pauline qu’on connaissait qui était allongé dans ce lit. Un soulagement pour sa mère qui vivait pour elle nuit et jour et qui va pouvoir revivre, bien que la vie ne sera plus jamais comme avant. Pas évident non plus pour Guillaume son petit frère, qui se retrouve fils unique désormais.

La vie est très moche et très belle à la fois, et ça sera toujours comme ça. Pourquoi est-ce qu’on ne peut pas savourer un peu plus les instants de bonheur?

Whatever happens the show must go on…

 

Du travail, encore du travail !

Voilà, après une journée de glande absolue, je peux parler de mes deux journées de taff à Roland Garros, Mardi et Mercredi donc. J’ai commencé les deux jours à 9heures, ce qui fait que comme c’est à l’autre bout de paris, faut s’accrocher, ça fait du 45 minutes de transports en commun le matin, ce qui est une belle nouveauté pour moi. Faudrait que j’écrive une pensée maléfique là dessus d’ailleurs. Plus tard peut-être. Donc ça commence à 9 heures, et dans la joie et la bonne humeur, j’ai ouvert, plié, scotché, rempli, vidé, défait, reremplit, refait des cartons, j’ai bougé des palettes de cartons, construit des palettes de cartons. Enfin j’oublie le principal, on a fait du taff de petit chinois aussi, mardi matin, on a rayé le prix sur des porte-clés qui seront offerts à je sais pas qui, donc j’estime à deux ou trois mille le nombre de prix qu’on a dû rayer. L’après midi j’ai plié des tee-shirt à la chinoise, en 3-4 mouvements, j’étais devenu un boss. Me faudrait une planche à repasser et je ferai des merveilles chez moi aussi.
Hier c’était plus cool le matin, on a préparé les dotations et recompté ce qu’on avait préparé, pour les 300 personnes qui vont faire de la vente à RG. L’après midi on devait réapprovisionner les stocks, on c’est Vincent et moi, et comme il me disait, j’étais la seule personne à qui il ait parlé de la journée, et c’était un peu la même pour moi. On a passé la journée à taffer à deux dans le fin fond d’un sous sol sans fenêtre. Content des mes deux journées, ça me fait me bouger un peu le fion, même si c’est pas toujours épanouissant, j’aime bien l’évènementiel pour ses côtés "on finira quand on aura finit tout ça" en montrant une pile de cartons.

Hier soir, c’était mon soir de congé, alors j’ai convié Deep0s que j’avais point vu depuis longtemps à venir à la maison, et là on a refait le monde comme à notre habitude, du point de vue économique et social, la constitution, la monnaie, les dévaluations, le smic, le rmi, et les richesses mondiales. L’alcool a un peu aidé à pousser la discussion à son terme. On a finit par s’extasier devant des vidéos de Defrag et de Quakeworld (tricking it2 et Dag&def2). Aujourd’hui la journée Full Metal Alchemist (un manga sympatique), avec Deep0s fut très constructive, puisqu’il est bientôt minuit, et que j’ai passé la journée en caleçon. Voilà pour les nouvelles du/des jours.

Clinton Fearon !

Vous avez aimé The Gladiators? Vous aimerez Clinton Fearon, le gars qui démoule. Reggae posé, ça s’écoute bien pour dormir plus d’infos ici! Le nom de l’album que j’ai c’est Give & Take et il est avec Boogie Brown. Bref, plus de temps à perdre, vous ne serez pas déçus.
Découverte sympatique après le Morgan Heritage de début d’année.

Et SBIM

Fallait bien que ça commence un jour, et c’est parti, mon blog à moi, même pas besoin de savoir coder, super, tout est facile, et même pas besoin de repasser sous IE contrairement au site aAa, BRAIF, vous allez pouvoir suivre ma vie plus en détails, enfin ça c’est pas encore dit.

Vala.