Collective Intelligence

Pour éviter le 2ème tour ultime

 Nous avons tous envie d’éviter le 2nd tour Macron – Le Pen.

La gauche nous préparera probablement un bel émiettement comme elle aime les faire, chacun croyant à son étoile montante.

Nous connaissons le pouvoir du couple présidentielle-législative dont le dégoût du premier prépare l’abstention du second.
Laissant au pouvoir un monarque minoritaire accompagné par son assemblée globalement illégitime et non représentative des désaccords traversant la société.
 

Comment éviter un bis repetita d’un scénario catastrophe déjà joué et rejoué?
Comment éviter un deuxième tour nauséabond entre l’extrême centre et l’extrême droite où la bascule risquerait de se produire vers l’extrême droite dont on voit déjà poindre toutes les vomissures alors que l’extrême centre nous a déjà montré l’ampleur de sa négation démocratique, sociale et environnementale parsemée de violences policières et d’injustice fiscale?

Il me semble que définir 2-3 grandes lignes directrices, non négociables, derrière lesquelles nous sommes déjà des millions pour changer véritablement de cap est un pré-requis. Refuser l’émiettement et conditionner nos votes, en refusant les aventures individuelles, via une pétition massive pourrait donner le poids de notre détermination pour ce nouveau cap et de l’impérieuse nécessité de ne pas répéter la dernière présidentielle. Sorte de primaire dont le préalable serait un programme commun et non une myriade de propositions défendues par des pantins prêts à retourner leur veste sans tenir leur parole ou engagement.

Pas question de rentrer dans les détails, juste, à ce stade, de valider les grandes lignes de ruptures avec l’ordre établi :
-> répartition des richesses
-> urgence démocratique
-> urgence écologique

Des propositions concrètes existent déjà. Piketty en a formulé des très précises et très claires. Sur le climat aussi, on sait ce qu’il faut faire, idem sur la démocratie, des propositions existent déjà bien avancées.

Dans un deuxième temps que viennent une sélection de femmes et d’hommes politiques d’envergure nationale plébiscités et soutenus largement pour concourir pour porter ce programme. Je pense à Mélenchon, à Ruffin, à Nicolas Hulot, à Hamon, à Jadot ou à Delphine Batho par exemple. J’en oublie sûrement.

S’ils ne se rassemblent pas de leur fait, croyant respectivement à un destin individuel, il n’y a qu’un avertissement collectif et préalable qui doit pouvoir leur donner le signal d’urgence du choix raisonnable, nécessaire et irrémédiable de la cohésion plutôt que de la débandade dont on peut déjà prédire l’issue.

Il est trop tard pour répéter 2017 ; il est encore temps de préparer 2022.

On s’y met?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

); ga('require', 'linkid'); ga('send', 'pageview');