Les business model à l’ère du numérique

les bits veulent être gratuits, mais je ne veux plus des modèles de pub

Monétiser le monde, monétiser les humains

Comment on en est arrivés là?
Le challenge impressionnant c’est de voir la valorisation boursière et la capitalisation de facebook parce qu’on peut y vendre de la pub. Même avant qu’on puisse y vendre de la pub, twitter & facebook avaient des valorisations boursières monstrueuses, décorrélées de toute réalité. On ne savait d’ailleurs pas comment elles allaient gagner de l’argent, avec quel business model, mais ce n’était pas un problème, puisqu’elles grossissaient. C’est ça, les start-ups, tant que ça grossit, le souci n’est pas de savoir comment on va gagner de l’argent, on se dit qu’on aura toujours le temps de trouver plus tard.
Parce que ça vaut de la thune, des tonnes de gens y mettent des tonnes de fric. Du coup, c’est gratuit, on a un service développé et mis à jour en continu, qui grossit qui grossit. Pour grossir encore, le produit est réfléchi pour nous sucer notre temps, notre énergie et nos datas, pour nous faire amener un maximum d’amis. Du coup on se fait sucer et en échange tout ça est vendu à des agences de pubs, des marketeux, des annonceurs qui cherchent leur audience.

C’était tout l’enjeu du web, ne pas mettre de barrière à l’entrée pour pouvoir partager les bits de données de façon illimitée.

Les 4 modèles du web :

Chris Anderson écrivait dans « free » les différents business model possibles pour ces économies numériques abondantes. Il en proposait 4 :

  1. Cross-subsidies : un produit gratuit et un produit payant (mon blog est gratuit, mon mooc est payant ou l’entrée est gratuite mais les boissons sont payantes)
  2. Le marché à 3 : la radio est gratuite pour moi parce qu’elle est payée par des annonceurs qui veulent me faire passer un message
  3. Le modèle freemium : le produit de base est gratuit, pour avoir toutes les fonctionnalités je dois payer (soundcloud, le monde etc..)
  4. Les marchés non monétaires : principalement le modèle du don et le troc

Nous sommes arrivés à un moment où l’intérêt du web et ses capacités techniques ont été bouffées par les géants : Google et Facebook sont les gros géants du web, ils sont gratuits et ils vivent de la pub. Cela veut dire qu’ils ont grandi autant qu’ils le pouvaient, nous faisant rentrer dans un maximum de leurs services pour nous sucer un maximum de nos données, pour pouvoir les vendre.
Non pas parce qu’ils sont méchants, ou mal intentionnés, non simplement parce que c’est le business model qu’ils ont trouvé. C’est con, et à la fois, ils n’auraient pas pu se développer à ce point s’ils avaient choisi un business model payant au départ. C’est comme bitcoin, le fait que la masse monétaire soit limitée à 21 millions et que la distribution se fasse aux premiers arrivés est vraiment injuste sur la durée, mais sans cette précaution de départ, il n’y aurait pas eu le réseau. Bien.

Chassez la pub, elle revient au galop

Google & Facebook on donc choisi le modèle 3 : marché à 3, tout est gratuit parce que quelqu’un paye pour vous envoyer un message ciblé : de la pub. L’avantage c’est que c’est gratuit, l’inconvénient, c’est que nous sommes devenus des cibles, avec nos cookies, avec nos traces, avec nos intérêts, nous sommes devenus les cibles de la pub…

Prenez 10 de vos likes et allez faire ce test créé par Michal Kosinscki, il vous dira qui vous êtes, pour qui vous votez, votre orientation sexuelle, votre religion, si vous êtes plutôt compétitif ou coopératif, introverti ou extraverti et toutes une autre douzaine de profils psychologiques. Donnez lui 68 likes et il vous dira avec 98% de certitudes toutes ces infos. Donnez lui 5 ans de votre historique facebook et il vous dira des choses sur vous que vous ignorez probablement.
Prenez l’exemple de Cambridge Analytica et l’élection américaine et vous arrivez au bout de ce qu’on peut faire avec ces datas et le micro-targeting adapté aux comportements des personnes, le tout à leur insu.
A ma connaissance, à ce jour, c’est tout à fait légal. Les données ont été récupéré via une application abusive, c’est certain, mais si elles avaient été récupérées par d’autres moyens, personne ne lèverait le petit doigt pour crier au scandale.

Donc d’une je laisse et même je donne mes infos gratuitement et de deux je suis pris pour cible.

Tout ce que je déteste : la pub = dépenser de l’argent pour montrer des contenus à des gens qui ne sont pas forcément consentants et qui sont complètement inconscients de :
1. qui leur écrit
2. depuis quel endroit
3. avec quelles infos sur la cible
4. avec quelle intention
5. en réponse à quelle logique

C’est à dire que j’ai choisi de ne plus lire de magazines quand il y a de la pub, de couper la télé, la radio quand il y a de la pub, mais je m’en bouffe sur mesure sur facebook. Et je contribue à leur donner le bâton pour me faire battre.

La publicité est une intrusion dans mon espace

Pourquoi? parce que je sens bien que quelqu’un essaye de me faire rentrer quelque chose dans le crâne, et que je ne l’ai pas choisi. Quand je suis au volant de ma voiture et que j’écoute France inter et qu’arrive une page de pub, je sens que l’on a un projet pour moi. Des gens, souhaitent me manipuler, pour modifier mon comportement. Ils me proposent, m’influencent, me soumettent, m’envoie une info avec une intention. Ceux qui le font ne sont pas ceux que ça intéresse, la voix que j’entends et celle d’un comédien, qui fait cela pour gagner des sous. Ceux et celles qui ont un projet pour moi, ce sont les marketeux, les communiquants, qui eux-mêmes ne font que répondre au besoin d’un directeur marketing ou d’un directeur qui cherche à faire connaître, faire aimer son produit, à redorer son image, ou à vendre quelque chose.
Le plus souvent, ce directeur ne fait que répondre à l’actionnaire, aux actionnaires qui demandent des résultats, plus de vente donc. Et puisque ça marche et qu’on ne sait pas trop faire autrement, eh bien on fait des campagnes de pubs. Il faut dire que ça marche de moins en moins bien et qu’il faut toujours dépenser plus pour toucher des audiences. Créer des budgets événementiels, sponsoriser des équipes de foots, créer des campagnes de street marketing, embaucher des community managers pour avoir l’air cool. Bref, cette campagne de pub, derrière le directeur et l’actionnaire, il y a une croyance.
Derrière l’actionnaire il y a le besoin de rentabilité : j’ai investi de l’argent, j’ai croyance et confiance que l’argent travaille et que si j’en mets quelque part je dois en recevoir plus en retour, donc il faut investir pour vendre ce produit génial que nous avons et dont ces masses de consommateurs sont trop bêtes pour le trouver toutes seules, il faut les aider, les guider, créer le manque, créer le désir, attirer l’attention, leur faire comprendre qu’il manque quelque chose à leur vie, mais que quand ils nous auront acheté, consommé, jeté, leur vie sera bien meilleure, et alors s’apaisera se gouffre, ce vide, jusqu’à notre prochaine campagne.

Mais la première question que me pose tout ce bordel c’est :
1. est-ce que je l’ai demandé moi, à recevoir cette pub?
la réponse est non, mais j’y ai consenti en me connectant à une radio dont une partie du business model fonctionne avec de la pub.
La deuxième question qui me vient est :
2. est-ce que j’ai vraiment besoin de ces produits?
Absolument pas, puisque je tends à diminuer ma consommation, mes besoins, mes achats et que je me mets en recherche uniquement quand j’en ai le besoin et que j’ai confiance que je sais trouver ce que je cherche. Combien même ils pourraient avoir toutes les datas sur moi et savoir mieux que moi ce que je désire, le simple fait qu’ils me le proposent et me le suggèrent m’insupporte, c’est pour moi de l’ingérance, une intrusion dans mon espace, un viol de ma liberté de penser par moi même et je préfère résister et ne pas acheter quelque chose dont j’ai besoin que de leur donner victoire.

En fait, je préfère faire le chemin moi même. Recevoir de l’information? avec plaisir. Mais de la publicité, c’est non.
La différence, c’est qu’il n’y a pas d’intention de me faire acheter quelque chose.

Je reste libre et n’ai pas à ressentir l’intention du publicitaire qui veut me faire agir dans une direction ou une autre.
C’est fou ce monde non?

Que faire de tout ça

Jesus, ou un de ses potes disait : ne fait pas à autrui ce que tu n’aimes pas qu’on te fasse.

 

Fort de ce constat, la première chose pour moi, c’est de sortir au maximum de tous ces services où je suis le produit, le hamster de laboratoire que l’on dissèque à longueur de journée pour étudier le comportement d’achat non pas du citoyen, mais du consommateur. Je ne veux plus côtiser et être participant. D’un autre côté, je ne veux pas non plus me bouffer les pubs incessantes des magazines mais aussi sur le web.
Évidemment installer adblock plus et ghostery ou même privacy badger ou encore facebook container est un bon début pour me protéger de toutes ces agressions non désirées.
Cela veut dire trouver d’autres systèmes, soit le modèle 1, soit le 3, soit le 4. A ce jour, en tant que consommateur je suis prêt à payer des services premium en abonnement en étant sûr que je n’aurai pas de pub. D’où mon abonnement récent pour Mediapart.
En tant que producteur de contenu, je continue de croire que le don (modèle 4) est plus intéressant pour faire connaître au plus grand nombre des idées sans barrière de coût. Depuis 2009 où j’avais mon blog zoupic.com les choses ont bien changé et nous avons maintenant Tipeee et Patreon aux Etats-Unis qui permettent de faire des dons récurrents à des auteurs, artistes, blogueurs et qui permettent donc de financer la création sans pour autant mettre de barrières à l’entrée pour les créateurs. C’était bien là tout l’intérêt du numérique, partagez plus ne coûte pas plus, il faut juste que l’émetteur puisse vivre de son travail pour continuer de façon durable à créer.

Le financement participatif à travers ses plateformes KKBB, Ullule, Indiegogo, Kickstarter et toutes les plateformes dérivées ou de niche pour tel ou tel usage ont bien rempli le paysage et apportent vraiment un moyen de financement par la foule.

L’enjeu aujourd’hui pour moi est de reprendre une écriture de temps long, d’écrire pour moi et non pour qui me lira.
Facebook crée cette addiction du like où quand j’écris je salive déjà à imaginer combien de personnes vont liker mon post.

J’ai envie de reprendre le temps, de la hauteur, de la profondeur, du recul.

Je suis content d’avoir pu expérimenter à fond l’instantanéité, maintenant, place au temps long!

De la rareté vers l’abondance

Pour libérer notre société de ses maux, de ses problèmes multiples, une de mes recommandations est de faire péter les uns après les autres les verrous de la rareté. Qu’est ce que ça veut dire? Comment s’y prendre? Pour remplacer par quoi?

D’abord, il me semble important de définir la rareté (cf wiktionnaire) :

  1. Choses qui sont en petit nombre, en petite quantité ; il est opposé à Abondance.
    Il y eut grande rareté de vin cette année-là.
    Ces objets coûtent cher à cause de leur rareté.
    La rareté en augmente le prix.
  2. Choses qui se trouvent difficilement.
    La rareté des diamants contribue beaucoup à leur prix.
    Il y a dans sa collection des pièces d’une rareté singulière.
  3. Il se dit au figuré de Ce qui est peu fréquent, peu commun.
    C’est une rareté que de vous voir.
  4. (Par extension) (Familier)
    Vous êtes, vous devenez d’une grande rareté.
    Pour la rareté du fait, Pour la singularité de la chose.
    Je voudrais bien voir cela, pour la rareté du fait.

La rareté peut être  naturelle ou contrôlée.

– Rareté naturelle : les rubis se trouvent en quantité limitée sur terre, les trèfles à quatre feuilles sont difficiles à trouver.

– Rareté contrôlée : ressources, services ou produits peuvent être contrôlés et maintenus en quantité limitée, par exemple le nombre de Prix Nobel distribués ou les diamants.

Pour vous expliquer une rareté contrôlée, @phyrezo vous présente en deux mots le contrôle des diamants : l’approvisionnement du marché est controlé par un oligopole de la production, un quasi monopole de la part de De Bears. Ce qui fait que les diamants, en particulier les belles pièces, sont retenus pour maintenir les prix. Pour les pieces plus communes (en dessous d’un carat), c’est surtout le marketing qui fait le prix – « un diamant est eternel » « Le prix de votre amour »


Bien.

Explosion du barrage
Explosion du barrage

La rareté contre l’abondance

Faire sauter les verrous de la rareté, ça ne donne pas toutes les solutions à nos problèmes, mais ça permet de reprendre les libertés, les responsabilités et la possibilité de se réapproprier ce qui nous appartenait. Comme nous le dit Richard Stallman, le libre c’est égalité, liberté, fraternité. Mais chacun redevient libre du processus de décision, ce n’est plus une entité, organisation privée et propriétaire qui choisit pour nous.

C’est donc bien un changement de paradigme: d’un côté, en quantité limitée et contrôlée derrière une barrière propriétaire, de l’autre côté :  libre et autogéré. En libérant chaque domaine il faut donc bien s’assurer que la responsabilité et la conscience des utilisateurs soient prêtes pour ne pas répéter les modèles basés sur la rareté et surtout, pour savoir gérer l’abondance avec succès!

Se servir une part du gâteau
Se servir une part de gâteau

Gérer l’abondance, c’est comme se servir à un buffet, prendre du fromage sur un plateau gratuit mais limité en quantité : il faut savoir penser aux autres, accepter de diminuer ses droits au fur et à mesure que le nombre d’usagers augmente (si matériel). On le fait tout naturellement à l’échelle locale, via l’éducation, le bon sens, la logique et le partage. A plus grande échelle il s’agit là encore de réaliser, prendre conscience et accepter le super organisme qui nous dépasse et que nous constituons pour d’autres ressources. Il faut revenir à l’échelle de chaque flux.

Si pour un gâteau il est très simple de voir le nombre de part et le nombre de personnes autour de la table, il nous faut revenir à cette logique et apprendre à répartir les richesses de façon plus juste pour les niveaux supérieurs. Une fois encore, il faut être capable d’avoir l’oeil micro et l’oeil macro, d’avoir la barre de zoom dans la cornée et d’être capable de passer de l’unité à l’holoptisme, la vue d’ensemble.

Une super machine qui calcule tout?

Dans la vidéo de Zeitgeist, le projet Venus propose une machine qui calculerait pour chaque ressource et produit les réserves restantes et la quantité autorisée. Sans aller dans un cas aussi global, il est très jouable de définir via des systèmes de gestions locaux, les besoins, les demandes, les ressources disponibles qui peuvent être partagées ou allouées.

Règles générales et règles locales

D’un autre côté, chaque système local doit être régi à un niveau plus global vis-à-vis des problèmes généraux que nous avons. Il n’est plus possible de laisser une communauté gérer certaines ressources comme elle l’entend puisque, étant tous interconnectés, les émissions de CO2 des uns jouent sur le climat global. D’où la nécessité de règles générales, de limites à ne plus dépasser au niveau planétaire.

Parallèlement, il nous faut des systèmes avec des règles qui ne sont pas définies globalement car les enjeux, contraintes, populations, ressources et cultures sont complètement différentes à chaque endroit.

C’est ce qu’on appelle le glocal, contration de Global et Local.

Matériel et Immatériel

Abondance et rareté fonctionnent de façon inverse selon s’ils sont dans un monde matériel et immatériel.

Monde matériel: Tout est en quantités limitées. Les limites peuvent être grandes, mais dans un paradigme holoptiste, c’est limité.

Monde immatériel: Tout est multipliable à l’infini pour une abondance infinie au niveau technique.

« dans le matériel quand je partage je divise, dans l’immatériel quand je partage je multiplie« .

Donc on a des problèmatiques inverses: le but est évidemment d’avoir des systèmes gérés en abondance dans les deux cas.

Alors que l’immatériel se créée et multiplie à la demande suivant l’offre de création et diffusion, le matériel a la vie dure: toutes les ressources basiques sont fournies par la Terre en quantité limitée et il est impossible, pour l’instant, de créer de la matière. Elles se transforment, changent, se mêlent et se démêlent en un gigantesque cycle. Ainsi leur allocation doit s’affiner au fur et à mesure que l’occupation du territoire et la population de la Terre augmentent afin de permettre à chacun de garder une part égale.

Le combat de la rareté contre l’abondance dans le monde  immatériel?

On a vu qu’au niveau technique, l’immatériel permet l’abondance aisément. Cela a permis très vite aux humains de se retrouver sur Internet pour partager, échanger, diffuser leurs oeuvres, leurs savoirs et connaissances. Au niveau juridique et mentalité, il y en a encore qui n’ont rien compris et veulent garder le contrôle. La quantité d’eau augmente et le barrage commence à grincer, il ne retient plus aussi bien l’eau.

Il s’agit donc de convaincre ces dynosaures d’orienter et de guider le courant de façon plus fluide, plutôt que de s’y opposer en barrage. Les convaincre pour les aider, ou les laisser y rester.

On ne peut arrêter l’eau, on ne peut arrêter l’information, on ne peut arrêter Internet.

Nous ne pourrons reculer devant ces libertés auxquelles nous avons goûté: il s’agit ici d’abolir le copyright. Respecter l’auteur oui, en le mentionnant. Je le remercie par mon attention, pas par mon argent.

Comment les artistes vivraient alors s’ils donnent gratuitement leurs chansons?

Pour Gerd Leonhard et Chris Anderson, l’abondance et le gratuit se sont déplacés, mais il continue d’y avoir des moyens de se financer à côté du gratuit. On avance doucement en libérant le contenu.

Gerd Leonhard les décompose en 3 parties : Access, Embodiment, Experience, ce qu’on peut traduire en l’accès, la forme de représentation et l’expérience.

Exemple: Pour aller sur Internet, je ne paye pas une quantité de contenu, je paye l’accès via mon FAI. Pour radiohead je ne paye pas pour le mp3, je paye pour le CD avec la pochette collector. Pour le Dalaï Lama, je ne paye pas pour ses prières ou sa parole, je paye pour le voir lors d’un événement.

Chris Anderson lui nous dit qu’il faut faire du gratuit et déplacer l’offre rare et payante vers autre chose. Si vous distribuez votre livre gratuitement, les lecteurs achèteront des produits dérivés. Vous me direz c’est l’inverse de ce que font les marques qui distribuent des produits dérivés pour sympatiser avec le client et lui faire aimer la marque et au final acheter ses produits.

L’immatériel sera abondant, le matériel restera précieux

Par leurs exemples Chris Anderson et Gerd Leonhard appliquent toujours une semi-rareté en libérant la partie immatérielle mais en transférant la valeur de rareté sur le matériel. Ainsi Radiohead distribue de façon infinie ses chansons, c’est l’abondance, mais il faut payer pour les voir en concert. Eh oui, on a beau faire son possible, l’expérience est unique, l’événement provoque la rareté. Ce n’est pas un hasard si assister à un opéra a tant de valeur.

L’idéal dans une société d’abondance est quand l’offre dépasse la demande. Ainsi les choix sont multiples et toutes les options disponibles. La vitesse à laquelle les heures de vidéos s’accumulent dans les bases de données de Youtube est à se demander si quelqu’un sera capable de regarder tout ça un jour?

Compétition ou coopération?

Pour ce qui est de maintenir la compétition, puisqu’on aime quand même se challenger et il faut toujours un mix entre compétition et coopération, c’est évidemment la coopétition. Comme les groupes de codeurs de linux s’aident et se concurrencent, l’objectif commun est le même, la victoire n’est pas matérielle mais symbolique et émotionnelle. Elle s’exprime en échelle de réputation et de remerciement pour l’apport à l’intelligence collective globale.

On est tout à fait dans la société de connaissance de Marc-André Ghyxx. Chaque être humain apportant son cerveau et ses contibutions à l’ensemble de la société. On peut imaginer une compétition rude pour les projets les plus pointus, et une coopération complète sur les partages des ressources de bases et sur les recherches pour l’Humanité. Il faut toujours jouer sur les deux tableaux et adapter en fonction du terrain et de la ressource avec laquelle on joue.

Si on résume le tout, ça pourrait donner quelque chose comme ça. Amusez-vous en famille ou avec des amis à réfléchir à une ressource ou un bien immatériel que vous pourriez libérer, et comment. Je n’ai par exemple pas fait l’Internet.. à vous! Je mettrai à jour si la récolte est abondante.

Matériel Immatériel
Eau Pétrole Information Créations Argent
Rareté Sources Propriété privée Copyrights Copyrights Création monétaire
Vente Qualité Qualité Qualité Accès, Accès, Crédit
Traitement Traitement Traitement Forme, Expérience Services
Don Contenu Contenu
Abondance Accès libre Profusion Presse libre Licence GPL & CC Monnaies libres

Oui bah alors

Allemagne – Mariage – Déménagement

Je file vers l’Allemagne à Ulm pour le mariage de Rahim, frère aîné de Markus, mon correspondant de Beverungen il y a maintenant 13 ans.
Retour dimance, et re-déménagement, de Zeist au centre d’Utrecht, pour mon dernier mois de stage.

Pas de folies pendant le WE.
2 liens à méditer :
« Free ! » : pourquoi l’économie de demain sera gratuite | Eco89 – http://eco.rue89.com/2009/08/26/free-pourquoi-leconomie-de-demain-sera-gratuite-0
Nouveau business model de l’édition http://blog.tcrouzet.com/2009/08/27/nouveau-business-model-de-ledition/ Ou l’économie des propulseurs.

Hop hop, je file! Bon week-end à tous!