Retour en France

Un des derniers articles dans la catégorie Mexico probablement.
Avant toute chose, checkez la mise à jour du module musique (colonne de gauche 6ème bloc), avec l’introduction d’un morceau fantastique qui s’écoute en boucle sans problèmes, signalé par Beorn, Ghinzu avait déjà était prescrit par Thomas, c’est du bon, du très bon, de l’infatiguable, je vous transmets le virus, à vous de faire tourner!

Alors pour commencer, la fin du Mexique, et pour finir, le début de la France, plutôt logique selon Chronos.

Les 3 derniers jours furent pas très rigolos, à compter les secondes, les derniers frosties mexicains, le dernier kaka dans des chiottes mexicain, le dernier lever+coucher de soleil mexicain, et ainsi de suite..

La dernière journée fut difficile, très difficile, sans larmes, mais avec l’impression et la conscience à chaque instant que c’était le dernier au pays du volcan et du soleil qui chauffe. Comme disait Marco, faut partir à l’apogée, comme ça tout ça t’appartient maintenant, on ne peut plus te le prendre et ça fait partie de toi, et à la fois tu n’auras vécu et retenu que le meilleur sans n’en perdre quoi que ce soit. Ce qui est le risque quand on reste 1 an, ou 2, c’est d’arriver à un niveau d’overdose qui fait qu’on n’arrive plus à savourer ce qu’on nous offre.

Marco (AUT), Clelio et Rouy(Mex) et l’envoyé spécial mexique


Après avoir réalisé deux petites soirées avec les bons vrais amis, ou en tout cas, ceux qui ont trouvé utile de se déplacer, j’ai pu faire mes adieux et m’envoler.

En fait, le voyage sur tout janvier était très bien joué, rentrer 3 jours avant la fin a été dur pour les 3 derniers jours, mais au moins, pendant le voyage je n’étais pas sans arrêts en train de penser que c’était fini. Ca fera mal de se lever et de ne pas avoir le popo ou l’izta, pleins de choses feront mal, comme à la manière de quelqu’un qui est mort, de quelque chose qui n’est plus ou l’on se dit que ça ça et ça ne pourront plus être fait mais le Mexique est encore complètement vivant, exactement au même endroit, et même si j’ai très envie d’aller voir pleins d’endroits, je sais que le Mexique m’attendra et m’ouvrira les bras quand j’aurai décidé de revenir vers lui, et c’est ça qui fait plaisir.


ah, au fait, vous avez dit au revoir à mexico city avant de partir? (les enfoirés m’ont foutu sur le côté gauche, ce qui fait que la photo popo/izta était impossible, je lègue donc le titre du reporter exclusif à Vincent et lui tire mon chapeau)

Départ porte maison mexicaine : 4:00 le 23 janvier
Arrivée porte maison française : 12:00 le 24 janvier

Et puisque les images valent mieux que les mots, je vous laisse imaginer la suite. (indice : les ponchos ont plusieurs sens!)

 

J’étais très triste de partir, le vol était peu passionnant, sorte de charnière entre 6 mois de vie, d’interconnexion entre deux cultures atlantiquement opposée, où dormir est l’activité principale.
J’étais très content d’arriver, le vol ayant été peu passionnant, et le plaisir de retrouver non pas le froid ou la neige mais une baguette, des rillettes, maman, la maison et déballer son sac.

Maintenant, j’avoue que le froid, ça pète un peu les couilles, et je sais pas combien de temps je vais tenir sans regarder les billets pour y retourner. En même temps, c’était le jeu, c’était fixé depuis le début, 6 mois et hop tu rentres. Au début, on a peur d’y aller, à la fin on a peur d’en revenir.
Avant, on se dit que ça va être long, pendant on oublie que ça va se terminer, et après on se dit que c’est vraiment passé trop vite.

Je pense que c’est quand la vie française reprendra doucement son cours que ça me fera doucement le plus chier.

On va pas se plaindre s’il neige, je pars demain au ski avec l’école! Autant que ça serve à quelque chose.

Mon dernier bizou va à Clelio, avec qui j’ai passé la plus grande partie de mon temps et que j’espère revoir très bientôt en Europe. Pour la petite histoire, il partait aux Etats-Unis rejoindre sa douce, que lui a présenté un gentil français dont vous lisez le blog en ce moment même.

4 réflexions sur “Retour en France

  • 9 février 2007 à 2 h 18 min
    Permalien

    Hé ouai, te voila rentré, pour la chanson de ghinzu j’avais jamais écouté plus que ça les paroles… so hot, so sex, so good

    Répondre
  • 11 février 2007 à 18 h 39 min
    Permalien

    Ghinzu, die sind gut. Die hab ich schon auf einem Konzert in Frankreich gesehen. Übrigens, die Gefühle die du beschreibst, nach deiner Rückkehr, kenne ich sehr gut  (-;

    Répondre
  • 12 février 2007 à 12 h 21 min
    Permalien

    ah! et puis d’accord avec thomas, c’est vrai qu’elle sont sex les paroles…!;-)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

); ga('require', 'linkid'); ga('send', 'pageview');