Ouvre les yeux!

J’avais 13 ans. Cette chanson m’avait profondément pénétrée. Aussi bien la mélodie qui avait emmené mon âme, le flot qui rythmait mon corps et les paroles qui remplissaient mon cerveau. Le refrain avec cette voix de femme envoutante et ce nuage, j’y étais.

12 ans après, plongé dans mes recherches sur les limites du capitalisme, le shuffle de la musique m’envoie cette chanson, comme un clin d’oeil:

Les artistes passent un message percutant. Ils amènent l’éveil. J’aime, je partage.  Je vous laisse avec les paroles et la douce mélodie du refrain:

Je nous cerne comme des esclaves modernes
Prisonnier d’un système
Qui ne cesse de nous berner
Notre cerveau ! Lavé comme un vulgaire polo
Retourné, programmé, formaté depuis l’âge du berceau
Ne me dites pas que je suis le seul à essayer
De rassembler les pièces de ce puzzle éclaté
Le temps passe
Les jeunes se tabassent
Cassent des vitrines
Rêvent de flings de luxe, de limousines
Les magasins sont remplis de belles choses
On crée l’envie, le peuple est sous hypnose
La publicité matraquée tous les jours
La technologie avance sauf pour ceux qui habitent les tours
Ils travaillent comme personne la mammite fonctionne
Leurs propres désirs les emprisonnent
Tu ne peux plus réfléchir, tu dois t’en sortir
Payer tes dettes, tes crédits voici ton avenir

{Refrain: x2}
Ouvre les yeux
Je t’emmène en voyage
Sur un nuage
Ouvre les yeux

Un sombre au pouvoir, dans l’ombre opère, génère de l’argent
A savoir caché aux yeux des plus grands
C’est pas compliqué, ils sont friqués
Je vais t’indiquer, comment une partie du monde ils peuvent contrôler
Ils possèdent des banques, des fabriques d’armes, le commerce d’alimentation
Prêt à contrôler une nation
Dans un pays où l’économie est au plus bas
Ils les font vivre puis se retirent, c’est la guérilla
On en veut au gouvernement qui se défend
Achetant des armes avec leur propre argent
Sponsor de la guerre, ils accordent des crédits
Font des partis, mais dites-moi : Qui s’enrichit ?
Voici leur capital multiplié, leur descendance est à l’abri
Mais leur fortune sent le moisi
Ils ont des billets verts à ne plus savoir qu’en faire
Y a pas de mystère, ils vendent leur âme à Lucifer

{au Refrain, x2}

Faut pas se faire d’illusion, on organise la confusion
On est plus facilement contrôlable sous la pression
On alimente les différences entre les hommes
Alors qu’il n’y en a pas
Tout le monde est pareil ici bas
Le racisme, les religions, sont de beaux moyens
Pour que l’on s’entre-tue à leur frais dès demain
Ils ne veulent plus qu’on pense par nous-mêmes
Car l’homme est amour et que le système n’est que haine
J’aime ce thème et dorénavant
J’essayerai de ne plus me comporter comme un délinquant
Rebelle, je payais pas le métro, fumais la ganja
J’ai réalisé que le plus soumis à l’état c’était moi
Je copiais la télé, par ce biais accentuer les clichés
Que les jeunes sont tous des mauvais
Apprenez que l’ennemi n’est pas forcément celui contre qui l’on se bat
Mais celui qui profite des dégâts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

); ga('require', 'linkid'); ga('send', 'pageview');