3ème chapitre de ma Vie : en avant!

Il était une fois la Vie.
De grands changements s’ouvrent à moi dans cette période de grande transition et je souhaitais vous les partager.
Le troisième chapitre de ma vie s’ouvre et avec lui l’arrivée de la trentaine, l’incarnation : l’Homme.

Je vais quitter Paris après presque 10 ans de bons et loyaux services. Arrivé en 2004 pour mon école de commerce, j’ai besoin de retrouver la nature, un bocal plus grand comme ils disent dans Big Fish. Après 5 ans d’école et 5 ans à m’être formé au Wutao, au Tao, au jeu du Tao, aux pratiques d’intelligence collective, aux monnaies j’ai besoin de sortir respirer au grand air.
J’ai choisi d’emménager au Château de Millemont dans les Yvelines, à 45 minutes de Paris.
C’est une longue et belle histoire, d’une rencontre autour du livre Sacred Economy de Charles Eisenstein (à propos de l’économie du don et des monnaies complémentaires ) qui m’a amené à rencontré Joe Ross qui m’a fait rencontrer Peter, l’hôte de ces lieux.
Une synchronicité, un hasard pourrait-on dire, un appel du large et une reconnexion à la terre et à la Nature qui tombe… à pic! Sortir de mon 30m2 pour pouvoir me balader au grand air dans la forêt, jouer de la musique, du piano, de la guitare, de l’alto, dans les pièces haute de plafond ou dehors qui sauront accueillir toutes mes vibrations. L’opportunité aussi pour moi de planter, faire pousser, des graines, des plantes, des arbres, des projets, Symba et moi. Développer mes racines… le fameux retour à la Terre. La serre et le jardin avec son mandala en permaculture sont à 50 mètres, la forêt un peu plus bas. L’expérimentation d’OpenSource BeeHives un peu plus loin et le projet de réparation des terres malades se dessinent plus loin à la carrière. Earth’s Call, le festival de musique organisé par Joe en Juin 2015 fêtera les 500 ans du Château et j’y participe déjà en tant qu’ami-conseiller-bonne oreille.
C’est aussi l’opportunité pour moi d’investir le lieu et de le faire vivre. Symba s’y installe, à côté des autres innovations du monde qui est en train de naître. Une sorte d’incubateur naturel.


Nous serons à Millemont la semaine prochaine pour notre 2ème séminaire Symba avec une quinzaine de personnes et cela me réjouit de partager cet espace pour co-construire Symba dans un temps présent au rythme du vent. Nous y ferons également notre première AG à la rentrée!

En finissant les signatures des statuts de la coopérative, je deviens le premier gérant de la SCIC Symba, le projet que j’ai initié avec toute la joyeuse équipe que vous commencez à connaître. Changement de statut, de rôle, prise de responsabilité, près de 7 ans depuis ma crise de conscience du subprime, un parcours long et riche pour finalement incarner ce changement dont je parle, ces initiatives dont je me faisais jusqu’ici le porte-voix.
La sensation de descendre de ma chaire de spécialiste pour arriver sur le terrain de la cocréation, de l’expérimentation et de la vulnérabilité. Après les grands designs et la théorie, place à la rencontre de la réalité, du terrain et de la mise en œuvre concrète, place au rassemblement, à l’engagement et à l’action au service de Symba.
Cette affirmation aussi après de nombreuses expériences en collectif et pratiques de l’intelligence collective qu’il y a besoin de leaders, de visionnaires qui puissent offrir du leadership et de la vision pour permettre à chacun d’offrir ses talents et de rayonner à sa juste place.
Je suis heureux et honoré de porter ce rêve d’humanité et de contribuer à le faire descendre dans la matière, à rendre réel ces liens, ces reliances, cette confiance que nous partageons déjà et à faciliter sa progression dans notre réalité quotidienne.

Un autre grand changement aussi, c’est la fin de la relation avec Chloé. Nous avons passé notre premier WE en amis au mariage de Nicolas & Marie. Finir par un mariage, c’était beau et juste. C’était fort, et j’ai beaucoup de gratitude pour tout ce que notre relation m’a apporté. J’ai retrouvé la musique, découvert Chez Adel avec toute la joyeuse bande et j’ai pu me réconcilier avec mon alto, reprendre goût, guérir. Je suis heureux de l’intelligence avec laquelle nous nous sommes quittés, conscients de l’amour que nous avions l’un pour l’autre et conscients de nos différences et de nos temporalités respectives. L’impression d’être devenu adulte, et que se quitter, même quand on s’aime, c’est aussi une preuve d’amour et de respect pour soi et pour l’autre.

L’univers étant grand et vaste, j’ai eu la chance d’être mis en relation avec Juli Eai. Je l’ai rencontré la semaine dernière à Montpellier et c’est un nouveau et beau chapitre amoureux qui s’ouvre dans une relation consciente de cœur à cœur. Surprenant, étonnant, irréel, magnifique, merveilleux, détonnant, une histoire de conte de fée bien ancrée dans le réel. C’est simple, fluide, complètement nouveau et je ne savais pas que c’était possible, ce naturel, cette évidence… Je n’en dis pas plus pour l’instant, simplement que je suis heureux et que ça, c’est bon.

Autre chose que j’avais envie de vous partager c’est l’intervention que j’ai faite au CESER (Centre Economique Social et Environnemental Régional) de Champagne Ardennes il y a 2 semaines. 3 heures à présenter les monnaies complémentaires à une commission composée d’un joyeux mélange de citoyens, entrepreneurs et responsable associatifs. Un plaisir, un régal, un accueil très chaleureux et une rémunération en participation consciente de 800€. Il y avait un an j’avais envisagé que les CESER et le CESE étaient les bons interlocuteurs pour faire bouger les choses sur les monnaies.
Et là, j’ai été payé 800€ pour partager à des gens intéressés ce qui me passionne dans la vie : j’ai bel et bien créé mon métier, ils ont choisi le montant et la valeur, ce qui donne à chaque euro reçu du sens et un goût autre que celui de la négociation et le rapport de force. Quel bonheur dans le train du retour de voir que je suis en train de réaliser mon rêve, tout ce que j’avais dessiné, imaginé, espéré il y a plusieurs années est en train de se mettre en place, pas à pas.

Last but not least comme on dit, je suis en train de devenir propriétaire d’une voiture pour pouvoir me déplacer dans la campagne et les environs. C’est Olivia qui m’a parlé de cette voiture qui n’avait pas bougé depuis 5 ans, une golf 3.. VR6. Opération mécano pour la faire rouler, checker les différents voyants, papiers et hop, en avant les histoires! Ma première voiture.. ça aussi, c’est bien nouveau, je ne m’y attendais pas et pourtant ça coule de source, quelque part ça me réjouit… même si je n’ai jamais été très bagnole… la liberté provinciale n’est plus très loin

Voilà chers amis, les grands changements de ce nouveau Chapitre qui s’ouvre pour moi. J’ai l’intention d’organiser une fête à Millemont pour mes 30 ans vers Octobre pour célébrer et partager ces passages avec vous.

Je suis heureux de vous partager ces évolutions, de les vivre avec vous, heureux de vous connaître et d’être relié à vous. Heureux que nous partagions cette histoire commune d’Humanité en transition, ce chemin, ce moment charnière où nous sommes amenés à devenir qui nous Sommes.

Merci d’Être qui vous Êtes. Je vous souhaite beaucoup de bonheur dans vos Vies, de Joie dans vos Cœurs et des Rêves grands et magnifiques car nous en avons bien besoin et que, comme on dit chez SEML : il ne tient qu’à nous de les Créer!

L’été sera chaud. La rentrée sera riche alors reposez vous bien
Love

 

10 ans de Vie dans un appartement, time to move!

En train de décrocher les tableaux, les peintures, les affiches de mon appartement parisien. 10 ans de vie. Des souvenirs, des mémoires, de la nostalgie, et de la joie.

De la joie de faire le tri, de bouger, grandir, emménager ailleurs, de re-choisir ce que je garde, ce que j’emmène et ce qui reste.
Du plaisir de voir les babioles, les petites cartes, les traces de tous ces instants.
Des souvenirs de toutes ces périodes, 5 ans d’istec à occuper l’appartement jour et nuit en mode soirée ou associatif, des sous-locations pendant que j’étais en allemagne, au mexique, en argentine ou en hollande. Des souvenirs des différentes périodes de vie qui se sont succédées, de l’étudiant à l’auto-entrepreneur. De l’auto-entrepreneur au gérant de coopérative.

Prendre le temps de retirer chaque clou, en conscience, comme des traces de mon passage ici. Replier les vêtements et voir que les affaires qui accompagnent ma vie tiennent dans quelques cartons.

zoupiquerie
déménagement

Replier et ranger le coin musique. Refermer et zipper un chapitre pour pouvoir en ouvrir un nouveau. Quels sont les livres qui ne me suivront pas, quelles sont les affaires que je laisse derrière pour pouvoir repartir fraichement.

Wow. 10 ans. Le changement… c’est maintenant!

Mes revenus et échanges monétaires professionnels en 2013

Voici le temps de vous partager le résultat de mon activité d’auto-entrepreneur pour 2013. En effet, je pense que l’argent ne devrait pas être un tabou. Ainsi je souhaite vous partager combien j’ai reçu, de qui, dans quelles conditions et pour quelles missions. Nous pouvons en discuter, s’étonner, mais je souhaite que cela ne soit pas secret car je crois que cela concerne tout le monde et permet à mes précédents, futurs et potentiels partenaires de voir les missions que j’ai réalisé et pour qui. En fait, je n’ai rien à cacher alors je choisis de tout montrer!

Je pratique la participation consciente dans mes échanges (issue de l’expérience de l’Université du Nous) , ce qui signifie que je donne mon temps et réalise la mission confiée et l’entreprise choisit ensuite, en fonction de ce qu’elle estime avoir reçu ce qui est juste pour elle de me donner en échange. Il n’y a pas de prix minimum, pas d’attente, une liberté et une responsabilité de chacune des deux parties : pour moi de m’épanouir et de donner le meilleur de moi dans ce que je fais, pour l’autre de sentir ce qui est juste.
C’est un grand pas de côté qui fait sortir de la notion de compétition, de négociation et de sortir gagnant ou perdant de l’échange. Par ma posture je choisis et suis déjà heureux d’avoir donné, le montant choisi est un remerciement mais ce n’est pas le motif de mon travail.

Voici donc mes prestataires et échanges de 2013 :

Finances EH 2013Pour l’avoir déjà posté sur Facebook j’ai remarqué que cela générait également des discussions intéressantes car nous en parlons si peu d’argent en France…

Le super-organisme s’éveille à lui-même

Chaque jour, je rencontre des nouveaux collègues, des coopérateurs. Pourtant je suis auto-entrepreneur à Paris. Pourtant ils sont à Londres, en Allemagne, ou à New York. Mais nous nous relions, jour après jour, nous nous reconnaissons car nous faisons partie du même organisme, nous contribuons à la même œuvre : rendre l’économie plus humaine, resynchroniser les humains dans le grand ballet cosmique. Chacun constitue un des organes de ce nouveau corps que l’humanité est en train de co-créer. Chacun apporte des réponses au sujet sur lequel tous planchent. Chacun apporte une spécificité que les autres n’ont pas exploré et ainsi nous nous complétons.

Nous nous connectons et en 3 mots nous nous reconnaissons comme si nous étions dans la même entreprise, dans la même équipe de foot ou dans la même chorale. Nous partageons la même cause, nous partageons les mêmes valeurs, souvent nous avons beaucoup plus en commun qu’avec bons nombre de nos voisins ou des personnes avec qui nous avons pu grandir ou passer des dizaines d’années.

Nous faisons partie d’une espèce bizarre, drôles d’utopistes qui rêvent de changer le monde. Mais elle ne fait pas que cela, chacun est déjà en train de changer son monde. Localement, pas à pas. Et nous nous relions pour nous donner de la force, pour échanger nos recettes, nos visions, nos apprentissages et nos échecs, accélérer la transition et notre façon de l’aborder. Plus nous avançons et plus nous savons que nous ne sommes pas utopistes et que l’utopie est de croire que cela peut continuer comme avant.

C’est comme si j’observais et en même temps que je participais à la création de ce super-organisme.
Qui va faire le sang dans la nouvelle économie? avec quelles propriétés? Qui va faire les poumons dans ce nouvel organisme? qui en aura la responsabilité? y en aura-t-il seulement 2? Comment on décidera? Qui gèrera le cœur et comment? Y-a-t-il un cerveau qui coordonne? des milliers? Qui gèrera la gestion des déchets et comment? Quel système immunitaire pour se protéger des virus? Comment on répliquera l’ADN de nos cellules? Comment garantir l’autonomie locale et la reliance globale?

Chaque jour qui passe, je me connecte avec des chercheurs, des expérimentateurs, des pionniers, des têtes de réseau, ici en allemand, là en espagnol, ailleurs et souvent en anglais. Leur dernière conférence où ils parlent de la propriété est sur internet, leur dernier livre parlent des communautés qui coopèrent, l’autre s’est spécialisé sur la liberté de l’information. D’autres encore plus connus racontent les communautés qui émergent, la légende du colibri. La mosaïque prend forme, le puzzle se complète.. invisible des écrans de télé. La toile se tisse point par point.

Et toujours cette joie, de découvrir que nous sommes des millions. DES-MILLIONS!

Gaïa

Ce Super-organisme est immortel car l’esprit qui l’habite est celui même de la Vie. Il est inarrêtable car son moteur et celui de la Vie. Il est diffus et confus car il est si grand que nous n’arrivons pas à capter sa forme. Il est si puissant qu’il est encore invisible et imperceptible de nos petits yeux ou de nos médias traditionnels. Il est d’une espèce nouvelle qui a sûrement existé par le passé, mais je ne crois pas à cette échelle.

L’Humanité est en train de devenir adulte et de muter. Son corps change à une grande vitesse. Bien sûr l’ancien corps se tord et domine encore le champ de perception traditionnel, mais si vous regardez entre les lignes, si vous regardez derrière les apparences, si vous vous synchroniser sur cette intention, alors vous allez entrer dans la grande danse de cet univers en mutation, en ébullition, en construction.

Nous sommes des millions. Nous sommes partout. Nous sommes en chacun de nous, au fond de chacun des Humains, nous sommes la Vie qui veut vivre. Nous sommes la Vie qui veut guérir, soigner, aider et s’aligner avec l’Univers, vibrer en cohérence et s’unir en résonance.

Ce n’est pas la planète qui est en danger, c’est Nous. Le réchauffement climatique n’est pas un danger pour la planète, c’est l’opportunité pour nous de faire fondre la glace qui entoure nos cœurs.

Ouvrez les yeux, ouvrez le cœur et entrez dans la danse, l’Humanité recrute, d’ailleurs vous avez été embauché il y a longtemps, il est temps de vous en souvenir!

Humanité réveille-toi et rejoins la plus grande équipe jamais constituée!

2013, argent l’ancien et le nouveau : un Homme nouveau

Si je me retourne pour regarder 2013 depuis son début, ce fut une année vivante, riche, très riche en événement forts et intenses. Des espoirs, des déceptions, des nouveautés, des changements majeurs.. et surtout une grande sortie du tunnel monétaire :
2013 c’est l’année où j’ai gagné de l’argent euros et l’année où notre projet monnaie pour l’Île de France a vu le jour, soutenu et financé par la Région.
2013 fut une année profonde dans l’apprentissage de l’amour, de la vie à deux, de l’évolution avec Chloé.
2013 fut une année riche pour le Masculin, ma part masculine avec le Festival du Masculin, le stage Tantra Homme, ma participation au cercle d’Hommes.
2013 fut une belle confirmation pour la musique avec la progression douce et qualitative de SEML et une reconnaissance de la beauté de ce que nous avons créé
2013 fut définitivement l’année où j’ai compris que j’étais entrepreneur, créateur.

Chloé et ZouJanvier Pas de Nantes : la vie à 2

En Janvier, alors que j’avais tout préparé pour partir à Nantes, travailler sur le projet de monnaie locale, je comprends assez vite que cela ne se fera pas et que je resterai à Paris. Nous habiterons donc à 2 dans mon appartement avec Chloé. C’est aussi chouette que flippant pour moi et je vais passer 9 mois à vivre avec Chloé dans une nouvelle configuration qui m’était inconnue jusque là!

Février : Séminaire sur les futures leaders mondiaux sur l’intégrité en Turquie.

Un séminaire sur-puissant d’une semaine, une plongée au fond de mon intériorité, une semaine qui dure un siècle, une intensité de chaque instant.
Le professeur Stefano d’Anna a créé une école pour X-Men, ayant lui même écrit un livre appelé l’école des Dieux, il a réuni autour de lui une équipe protéiforme : musique, gym, théâtre, psychologie transpersonnelle, philosophie grecque pour aller nous questionner sur notre rêve pour le monde et notre intégrité. Aller chercher au fond de nous ce qui fait des individus indivisibles, incassables et des futurs leaders pour le monde.

Mon rêve : créer un monde de coopération dans les 5 ans à venir.
Je n’ai rien vue de la Turquie, mais j’ai voyagé à l’intérieur de moi dans mes peurs, mes rêves, mes ombres et des endroits où je n’étais jamais allé. Je recommande le voyage à ceux qui rêvent grand : http://futureleadersfortheworld.com/

OuiShare Fest en Mai

3 jours d’événementiel à haute pression pour relier les acteurs européens et français sur l’économie collaborative. Être présent avec OuiShare pour organiser, fédérer, gérer cette communauté florissante de jeunes entrepreneurs qui partagent sous toutes les formes. Un superbe événement, très intense pour moi avec de nombreux rôles et casquettes qui m’ont permis de faire vibrer toutes les parties de moi : initiation au Wutao, petit concert d’alto, table ronde sur les monnaies, atelier sur les banques du temps, organisation d’événement, briefing d’équipes etc.. Mon moment préféré : pouvoir remercier sur la grande scène Antonin pour sa vision, les cofondateurs et inviter petit à petit sur la scène tous ceux qui ont fait de cet événement une réalité.

Être assistant du stage Tantra Homme avec Jacques Lucas

Départ à Montpellier pour 4 jours avec une trentaine d’Hommes. 4 jours pour découvrir le masculin qui est en nous, pour découvrir et rencontrer des frères, partager des moments intenses en humanité et comprendre qui je suis. J’étais cette fois-ci assistant dans le staff de Jacques Lucas. Un honneur d’accompagner ces Hommes dans leur passage, un vrai régal d’être là avec eux, pour eux, présent. J’ai eu la chance de leur offrir une initiation au Wutao le dimanche matin et j’en garde un souvenir puissant et magnifique. Je recommande ce stage à tout homme qui veut se découvrir, se connaître et découvrir le masculin qui est en nous.
>> http://www.horizon-tantra.com/stage-homme-tantrique.php

Juin : j’ai gagné de l’argent, enfin!

Grâce à mon travail pour la ville de Nantes dans le partenariat européen CCIA et à ma collaboration avec Citizen Can, me voici sorti du tunnel monétaire et je l’annonce officiellement en donnant les chiffres de ce que j’ai gagné. Cela change beaucoup de choses et l’expérience est intéressante pour quelqu’un qui parle de monnaies complémentaires, de vivre sans, et finalement de gagner des Euros.

OuiShare Summit à barcelone : 5 jours pour fédérer et structurer la communauté

Magnifique moment de fête avec la communauté OuiShare en interne. J’ai accompagné mon ami Cristobal dans l’accueil des membres et la gestion de l’espace pour faciliter les échanges, les rencontres et l’ADN de l’événement. Un régal de jeunesse, d’être à ma place dans ce rôle et un beau moment de constructions avec ceux de mon âge.

 

 

Masculin-Masculin! Le 1er Festival du Masculin en Juin 

Génération Tao et le Centre Tao à Paris m’ont permis de co-organiser le Festival du Masculin. Une aventure commencée à la suite du 1er Festival du Féminin, l’occasion pour nous d’inviter les hommes à se rencontrer, mais pas que, d’inviter les femmes également à découvrir leur polarité masculine. Un beau WE avec des intervenants venus des 4 coins de France et de Belgique, des sujets pointus, des ateliers vivants et une dynamique magique avec les 80 participants qui sont venus goûtés à notre recette. Un grand challenge pour moi d’être là, d’animer, de parler devant tous ces hommes, d’occuper mon rôle sans avoir peur, d’être à la hauteur.
Les rendez-vous au Centre ne manquent pas et j’ai également aidé dans l’organisation sur les 2 festivals du féminin. Cette année marque également ma participation à un cercle d’Homme du réseau Homme. Et puis c’était aussi ma 2ème année en tant qu’instructeur Wutao et j’ai eu le plaisir de retrouver toute la tribu du Wutao à l’occasion des 4 WE de formation continue.

Ecrire, devenir expert reconnu sur la monnaie

En Juillet, j’ai posé les premières pages du livre dans un coworking magique dans le Vercors organisé par mon amie Shabnam avec Stéphane, Anna, Mathieu & Vincent. Une équipe de choc, chacun avec son projet. J’ai pu me concentrer et accoucher des premiers chapitres de mon livre. Comment expliquer en 60 pages l’essence de ce que j’ai compris? Comment expliquer à quelqu’un qui n’y connait rien et ne s’y est jamais intéressé en quoi ce sujet le concerne, l’implique et l’influence chaque jour?
Découverte pour moi du travail de précision, d’orfèvre qu’est l’écriture d’un livre avec des questions profondes telles que : finalement, c’est quoi ce que j’ai à dire? une vraie étape de recherche intérieure, d’affirmation sur quel est mon message et qu’est-ce qui est superflu, trop complexe et qui n’aura pas sa place dans ce livre qui se veut grand public.
Recherche d’expertise également avec la demande de CIR sur la masse monétaire et la matrice de création de monnaie liée aux richesses réelles. C’est la pierre philosophale de mon travail sur la monnaie : finalement, à quoi on va donner du crédit, de la monnaie pour quelle richesse créée? un projet rentable? du bienfait? du bonheur? Comment on fait pour que cette convention inventée par l’homme, la monnaie, reste en lien avec la richesse réelle et ne créée pas de bulles?

>> http://www.zoupic.com/2013/09/02/le-pouvoir-de-creation-monetaire/

Magnifiques vacances à 2

Partager le Wutao avec Chloé aux Arcs, partir un mois avec elle en voiture, rendre visite à nos amis du Sud, dans les rivières, les fêtes traditionnels, les jams sous la tente, les baignades multiples et variées. Un beau mois de respiration, de création aussi avec la chanson du Wutao, la vidéo du Wutao qu’a fait Chloé, la chorégraphie des enseignants du Wutao sur la place du Soleil, un moment très fort pour tous, pour Pol & Imanou, créateurs du Wutao de voir 20 de leurs élèves offrir une prestation. Le rêve devenu réalité.

à venir, une Vidéo Wutao Hommes

Symba IDF : la naissance d’un Lion

C’est l’aboutissement de mon investissement sur les monnaies, l’incarnation concrète et tangible : la naissance du projet Symba, cette monnaie inter-entreprise pour l’Île de France. Ce qui est magnifique dans ce projet, ce sont les personnes avec qui je le créée. Ce qui est impressionnant, c’est la façon dont nous travaillons : nous sommes tous dans nos structures respectives avec nos spécificités et nous coopérons dans une belle symbiose. Aucun de nous ne peut réaliser ce projet seul : nous avons besoin des uns des autres pour le mettre au monde. C’est aussi ce que nous proposons dans la monnaie : se relier car seuls nous n’existons pas, nous avons besoin les uns des autres et Symba vise à relier et fédérer toutes ces entreprises et organisations qui font du bien au monde, aux humains, à la nature. La joie de savoir que ce projet prend racine sur le territoire où je vis, la région la plus symbolique de France, la plus grosse aussi et cette graine qui va devenir peu à peu un énorme projet politique de changement de société… à suivre..

1525701_10152154072787059_979010387_n

Les conférences et les interviews

Cette fin d’année a été riche en sorties terrain pour rencontrer les acteurs d’Île de France, mais à Nantes aussi, ces acteurs qui bougent, s’intéressent au sujet, veulent créer leur monnaie car ils ont compris que notre monnaie ne marche plus et qu’elle créée plus d’inégalités qu’autre chose. Des sorties riches, pour présenter, transmettre, former ou plutôt déformer les croyances des uns et des autres sur la monnaie. De belles rencontres avec toutes ces âmes qui sont déjà sur le chemin d’une économie plus vertueuse.
Pour moi une belle sortie de ma grotte, l’heure de transmettre, d’améliorer mes power points et de regarder quel chemin je prends pour expliquer le plus simplement possible, le plus sincèrement ce que je comprends de la monnaie, des monnaies et de donner les clés pour que chacun puisse s’approprier le sujet.

Et en fil rouge : la musique

Que ce soit chez Adel, la chanson du Wutao, les chansons avec Miam, les festivals et concerts de Chloé, la sortie de la 2ème compile de SEML, les interviews radio/presse, la sortie collective à Eindhoven. La musique a rythmé cette année 2013 sous ses diverses formes, à chanter, à jouer, à danser et à préparer des projets pour vibrer.. Une fantastique année de musique et une joie de progresser à l’alto.

>> http://whyd.com/u/4ff5c14d7e91c862b2a7c2ba/playlist/1

Chloé Zou CDLN

Quand je regarde derrière, 2013 fut une belle année. Merci pour toutes ces rencontres, tous ces moments, toutes cette expérience et en route vers 2014!

Briser le tabou de l’argent!

Faire ce que j’aime, ce en quoi je crois et être reconnu et payé en échange, voilà la Richesse.

J’ai la joie de vous annoncer que j’ai gagné de l’argent.

Après de nombreuses semaines et certains mois à pédaler, à labourer, à donner sans savoir quand je recevrai, sans savoir comment je recevrai, parfois à ne pas savoir comment demander un salaire, affirmer ma valeur, « vendre mes compétences », « marketer un service », j’avais l’impression de vendre de la démocratie.. me voici maintenant en train de recevoir les fruits de ce que j’ai semé.
* En travaillant avec Citizen Can j’ai gagné de l’argent pour faire le métier que j’aime : développer les monnaies complémentaires.
Sur le mois de mi-avril à mi-mai, j’ai travaillé avec eux en participation consciente : je leur ai proposé de faire un reporting de ce que je fais, de travailler sans filet et qu’ils choisissent en conscience, le prix qu’ils souhaitent accorder à ce travail. Ils ont choisit 2500€. 2500€ en participation consciente, ça n’a rien à voir avec une négociation, un marchandage.. Ils ont choisi librement, en conscience, de me donner, pour mon travail, 2500€. Ca c’est une victoire.
* En travaillant avec Scopic et la ville de Nantes, en les connectant dans le partenariat européen CCIA, j’ai touché un mini pactol. Je les ai connecté dans un partenariat européen avec un financement de l’Europe à hauteur de 50% du budget soit 270 000€. J’ai travaillé, sans filet pour les connecter, présenter le projet à Londres, avec les partenaires, adapter les fichiers, préparer le dossier, traduire, défendre etc.. Il a été décidé que 10% du financement reviendrait à ceux qui ont préparé le dossier : Scopic et mon auto-entreprise. Nous partageons cette somme en 2. Ce qui fait environ 13 000€ pour mon travail sur octobre-novembre-décembre. J’attends que la Commission Européenne valide définitivement le partenariat pour toucher la somme complète mais cela ne devrait plus tarder.
* En travaillant avec OuiShare dans lors du Fest j’ai reçu également de l’argent, pas encore définitif, nous sommes dans un processus d’évaluation collective, je vous tiendrai au courant.

Je suis tellement heureux. Je ne pensais pas que cela pourrait me soulager autant, moi qui m’était mis à vivre en sobriété heureuse pour « ne pas consommer », « ne pas prendre trop de place », « l’argent c’est mal », « les riches ont du le prendre aux pauvres », « les rotschilds sont des enfoirés » et les « 1% doivent vraiment pas être humains »… à penser que je ne gagnerai pas d’argent et que je serai pauvre, parce qu’il faut être pauvre pour être cohérent avec le changement de système monétaire … J’avais oublié et rayé de ma carte mentale la possibilité de faire un métier qui a du sens, de faire un métier que j’aime, de le faire à ma façon et de pouvoir gagner de l’argent pour ça, cela me semblait inconcevable. Je me sentais même coupable à l’idée de me rembourser des tickets de train quand je travaillais avec les Valeureux alors que je le faisais « pour la cause »…

Bref, je n’ai plus honte et je suis même heureux de pouvoir dire que c’est possible de s’arracher, de vivre sa passion à fond, de créer son métier, de créer mon métier, un métier qui a du sens et d’en recevoir quelque chose en retour. J’en suis même fier.

Aussi, je souhaite publier de façon transparente ce que je gagne et d’où je le gagne. Rompre avec le tabou de l’argent. Assumer, expliquer, parler, clarifier, raconter. Que si ça provoque des réactions, vous puissiez m’en parler, me dire, me questionner, que nous puissions échanger, que nous ne nous laissions pas bouffer par ce tabou.

Nous allons avoir besoin d’honnêteté et de solidarité dans les temps qui viennent.
Cela encouragera également mes partenaires et collaborateurs à aller vers plus de transparence.

Merci mille fois à tous ceux qui croient en moi depuis le début, tous ceux qui m’aident, me soutiennent, se reconnaissent dans la cause que je soutiens, dans la Voie que j’ouvre. Je vais pouvoir m’acheter un ordi pour bosser, prendre du temps pour Respirer, des nouvelles chaussures, des chemises et plein de trucs con dont j’avais oublié l’importance relative!

Vive la Vie!

Une monnaie pour relier les acteurs de l’Economie Symbiotique et développer une économie vertueuse sur les Territoires

Quel Mois. Normalement je fais les billets plein d’espoir en début de semaine pour enchanter tout le monde, mais comme on est le 30 mai et que nous rendons Notre Projet de monnaie pour l’Île de France ce soir, je ne peux m’empêcher de refaire le mois.

Le Vendredi 26 mai, pour un déjeuner je voyais Isabelle Delannoy pour partager, ses avancées sur Do Green, l’économie symbiotique et moi mes avancées sur la monnaie. C’est là que j’ai tilté.
J’avais toujours dit que je ne serai pas créateur de monnaie mais consultant, accompagnateur des villes et collectivités qui souhaitent s’y mettre, que j’aurai plus de justesse dans cette démultiplication qu’à créer moi-même une monnaie. D’abord parce que si je créais une monnaie, je savais très bien qu’il me fallait une Vision un peu plus envoutante que « sortir du capitalisme » ce qui est bien mais pas suffisant. L’être humain ne s’arrête pas de fumer parce qu’il n’aime pas les clopes, il arrête parce qu’il veut développer son souffle et avoir une haleine fraîche.
C’est là que le Tilt s’est fait. Je l’avais certes évoqué dans mon mémoire sur l’avenir des croissances énergétiques et environnementales, le scénario « positif », un scénario local, décentralisé, avec des petites organisations respectueuses de l’homme et de l’environnement. Mais Isabelle qui a consacré sa Vie à cette question a modélisé tout ça, a mis des noms, des mots, décrit des principes, définit des indicateurs pour mettre en mots toute cette Vision que je sentais et que je connaissais : Une Economie qui allie restauration écologique, résilience sociale et développement économique : une économie dont les acteurs génèrent des externalités positives (écol, sociales, environnementales) : une Economie Symbiotique.

C’est une économie qui ne pompe plus son environnement, ni les humains qui la développent. Une économie qui ne fait pas moins mal, c’est une économie qui fait du bien : aux gens et à la planète. Au départ, ça secoue parce qu’on n’a pas vraiment été habitué à ça..

Donc quand Isabelle met les mots et me dérive les 6 principes de l’économie Symbiotique je dis BinGo. Voici la pierre qui me manquait : une belle vision.
Avec une belle vision et un outil monnaie, nous pouvons construire un projet collectif pour remettre l’économie et la croissance en harmonie avec les hommes et la planète. Je connais Isabelle depuis 2006, nous étions blogueurs ensemble dans ce réseau des Freemen, un réseau de blog décentralisé où chacun publiait sa prose pour sensibiliser et alerter sur les problèmes maintenant évidents qu’aucun ne peut ignorer, à l’époque nous étions des « alters ». Ce binôme est parfait pour la tâche qui nous attend.

Les Porteurs de Projet

Le projet sera porté par Citizen Can en partenariat avec Do Green. J’en suis à l’origine et en serai le Chef de Projet.
Sur le chemin nous retrouvons Thanh Nghiem qui nous met en lien avec Fondaterra, Qoin spécialistes des logiciels monnaies, nous avons des soutiens de Sébastien Ravut, de Thierry Vincent, Philippe Lukacs, nous développerons la gouvernance avec mes amis de l’Udn Universite du Nous, nous sommes en lien avec la Nef. Nous sommes en lien avec les projets de monnaies voisines et/ou « concurrentes »… Bastien, Nadia, Anne-Cécile, Vincent, Christophe…
Nous relierons les acteurs de cette économie vertueuse qui vont de OuiShare et l’économie du partage à l’agro-écologie en passant par les réparateurs, les commerces locaux indépendants, les magasins bio, les artisans, les espaces de bien-être, les Coopanames, l’économie tertiaire…

A l’image des Créatifs Culturels qui découvrent qu’ils ne sont pas seuls, nous proposons aux Entreprises et Organisations qui font du bien de se relier, de se solidariser et de coopérer pour accroître leurs richesses écologiques, économiques et sociales sur le territoire.

Pourquoi?

>> Parce qu’il est temps que les communautés qui produisent des richesses puissent dire ce qui a de la valeur pour eux, et se donner la capacité de faire du crédit mutuel sans passer par les banques, sans payer d’intérêts, sans être esclaves de leurs dettes. >> Parce qu’il est temps que nous ayons d’autres lunettes que les seules lunettes bleues du banquier qui ne voit et ne valorise que la richesse bleue : économique
>> Pour que la valeur créée reste sur le territoire, pour valoriser et encourager ceux qui font du BIEN (social, écologique, économique).

Comment ?

Comme les banques le font : créer des lignes de crédits à l’intérieur d’une communauté. C’est ce qu’on appelle le Barter. La différence : nous valoriserons et accorderons du crédit à des acteurs qui ont une valeur économique traditionnelle (facile), mais nous donnerons du crédit également à des acteurs qui ne génèrent pas de rentabilité ou profit en €, tels que des jardins partagés, des centres sociaux, des associations.
En sélectionnant à l’entrée les acteurs vertueux qui existent déjà nous créerons notre premier cercle, noyaux d’acteurs motivés. Nous ouvrirons ensuite progressivement aux autres en fonction d’indicateurs à définir, modéliser.

Quoi ?

En créant un barter inter-organisation : système de crédit mutuel où chacun peut faire des échanges en monnaies complémentaires sans toucher à sa trésorerie €. Cette monnaie circule en local entre les acteurs. En fonction de mon organisation, de mon métier, des externalités positives que je produis j’ai le droit à un accès au crédit plus ou moins grand. Cela m’apporte un nouveau catalogue d’offre, préserve ma trésorerie, créée de nouveaux liens avec des fournisseurs et des ventes supplémentaires. C’est aussi un super outil réseau pour faire partie d’un club de gens qui font du bien à la planète et aux humains.

Ce soir ce sera envoyé. Nous aurons la réponse en Octobre 2013 pour savoir si nous sommes sélectionnés par la Région.
Le projet est trop beau pour ne pas vivre, quoi qu’il arrive, nous en ferons quelque chose. En attendant nous devons aller chercher les partenaires financiers et tester le terrain.

Nom de code : Symba-tic, et la monnaie : le Symba.

Vous en êtes?

Quelles sont les têtes de réseaux, les influenceurs que je ne connais pas à qui cela vous fait penser que je devrais ABSOLUMENT contacter pour en parler, sensibiliser, tester et avec qui je pourrais travailler demain?

Quelle joie de pouvoir enfin proposer une solution concrète, faisable, légale, tournée vers l’humain et qui respecte la planète et qui relie toute cette économie que je reconnais et soutiens depuis un moment!! Le Nouveau Monde est en Marche!

Mes sources sur la question monétaire

J’ai fait un bout du chemin tout seul depuis août 2007 où j’ai commencé à suivre la crise du Subprime, d’abord à essayer de comprendre, décrypter, apprendre et observer l’économie s’effondrer. Entre le blog de Paul Jorion, le blog de Francesco, les Freemen, les analyses d’André-Jacques Holbecq, la prospective de Jacques Attali, l’ébullition d’Agoravox, « la déflation arrive », les visions anticipées de LEAP-GEAB, le blog finance… il y avait ce forum permanent online qui faisait se réunir experts et non experts, tous chercheurs de ce qui cloche, ce qui ne tourne pas rond, ce qui va nous tomber sur le coin du visage et ce que nous pouvons faire pour construire autre chose.

Depuis l’Argentine en 2008 et ma prise de conscience sur le système monétaire, j’ai suivi des pionniers, des humains qui ont initié des routes peu habituelles, qui ont tenu des propos peu écoutés à une époque où le pouvoir en place était peu attaquable : il y a des personnes qui m’ont guidée, qui m’ont enseigné, transmis un savoir.

J’aimerai par ce post les remercier pour leur générosité et leur prise de risque. Les remercier pour être qui ils sont et faire ce qu’ils font. Les remercier pour Oser, toujours et encore Oser.

J’aimerai également les relier car il y a une suite logique, des facettes différentes d’un même sujet, incarnées par des êtres qui me sont chers.

Merci

Il y a d’abord eu Jean-François Noubel sur les monnaies libres et les différentes dimensions de la Richesse, il a créé une plateforme sur l’intelligence et la sagesse collective, The Transitioner et un projet de plateforme technologique pour gérer les flux de monnaies de demain, Metacurrency, il a notamment écrit le guide sur l’intelligence collective en 2004, je l’ai rencontré physiquement en Octobre 2009 à Génération Tao. Depuis il a créé l’Institut de Recherche en Intelligence Collective (IRIC) :

Après avoir travaillé avec Jean-François et Fernanda au sein du Transitioner, j’ai travaillé brièvement avec un aspect relativement différent avec Patrice Levallois de Taovillage. Patrice est un des auteurs du Jeu du Tao, avec entre autres Patrice Van Eersel, Cyrille Javary et Daniel Boulbil. Mordu par la question des monnaies j’ai commencé une aventure avec lui. Je me suis formé à ses côtés pour devenir instructeur du Jeu du Tao. Patrice a cette capacité incroyable à rassembler de nombreux acteurs créatifs et prestigieux pour mettre en place des projets impressionnants. C’était trop tôt pour moi pour développer un projet concret avec lui, mais je retiens ces moments passés à ses côtés comme une étape très importante pour découvrir les Créatifs Culturels et la coopération. C’est dans le feu-taovillage que j’ai rencontré Frédéric Bosqué, Patrick Viveret, Bernard Lietaer, Dominique Litaille, Hervé Franceschi, Laurent Van Ditzhuyzen, Céline Morel, Karim Rahila et les Colibris à l’étage du dessous.

J’ai ensuite découvert et rencontré Philippe Derudder, ancien chef d’entreprise qui donne des séminaires sur la conscience d’abondance. Il a accompagné Villeneuve sur Lot à créer l’abeille, première monnaie locale complémentaire en France ainsi que d’autres initiatives, il a créé un guide sur comment créer sa monnaie complémentaire locale et de nombreux livres aux Editions Yves Michel dont le dernier Monnaies complémentaires, pourquoi comment :

Nous avions organisé avec Maryvonne Piétri la venue de Philippe à Paris, au Centre d’Arts et d’Ecologie Corporelle Génération-Tao. Nous avions également organisé la soirée Comment créer une soirée d’abondance avec Génération-Tao avec Philippe et 3 autres intervenants de qualité : Ezzedine El Mestiri (fondateur du nouveau consommateur), Edel Gött (fondatrice de Recherches & Evolution), & Pol Charoy (Co-créateur du centre, du magazine Génération Tao et du Wutao).

Au cours de mon chemin j’ai aussi découvert Frédéric Bosqué de Toulouse qui allie Dividende universel, aussi connu sous le nom de Revenu de Base, et Monnaie Complémentaire, c’est un des moteurs essentiels de l’aventure du Sol Violette à Toulouse, il a écrit un livre sur les alternatives humanistes et fait partie du Mouvement Sol :

Enfin j’ai rencontré et travaillé avec Bernard Lietaer, l’expert mondial de la cause qui a le plus de recul et d’ancienneté sur le sujet, il a également écrit de nombreux livres sur le sujet avec notamment Monnaires Régionales aux éditions Leopold Meyer qui explique bien ce qui peut se construire au niveau régional. J’ai travaillé avec Bernard Lietaer en tant qu’attaché presse en 2011 quand j’étais chez Emmapom pour les éditions Yves Michel pour le livre « Au Coeur de la Monnaie », très profond et très précis.

Enfin j’aimerai remercier les Valeureux avec qui j’ai fait un bout de chemin, entre avril 2010 et Septembre 2012, deux ans et demi de collectif, d’aventure, d’expériences, de tests, de foirages, d’ateliers, de hauts et de bas. L’aventure d’un collectif de 10 personnes, qui cherche sa place, qui cherche son rôle et comment faire avancer le schmilblick. J’ai fait partie des initiateurs de la dynamique et suis le dernier à avoir quitté le groupe. J’aimerai remercier Bénigne du Parc, Sophie Huet, Dino Bendiab, Vincent De Montalivet, Bertrand Séné, Marc Tirel, Christophe Place & Sybille Saint Girons & Christophe Cesetti. Chacun a sa façon m’a fait grandir et progresser. Une aventure de construction en chantier permanent. Je sais à quel point ces années de recherches ont été riches pour moi et m’ont permis de tester la dynamique collective et d’expérimenter des outils comme la sociocratie ou les décisions par consentement, non sans difficultés 😉

J’aimerai également remercier des personnes qui ne travaillaient pas directement sur les monnaies mais qui ont largement contribué à ouvrir mes champs de réflexion, ce sont ces structures qui forment à l’intelligence collective, à l’être ensemble et au faire ensemble. Je pense bien sûr à l’Université du Nous, mes grands amis de Chambéry (Laurent, Lydia, Olivier, François, Pierre & co…) et à IGI Partners (la Chiquet family : Bernard-Marie, Margaux & Perrine) qui dans leur façon de transmettre et de pratiquer le collectif, le Nous, le groupe ou l’organisation, m’ont transmis l’essence de ce que j’utilise et recherche pour créer des monnaies : un accord de confiance qui relient différentes parties prenantes avec des intérêts pas toujours convergents. Quelle est cette gouvernance, cette carte des pouvoirs, des responsabilités face aux décisions? Si la monnaie n’est qu’un outil avec des êtres humains qui le décident et le dessinent, il doit bien y avoir un endroit, un moment où sa forme et son intention se dessine. Ils m’ont transmis leur pratique et je l’ai testée et vécue au sein d’Emmapom (pour l’Holacratie) et des Valeureux (pour la sociocratie).

Ce sont toutes ces personnes (et bien d’autres) qui m’ont permis de construire pas à pas, ma réflexion sur les monnaies complémentaires, de pouvoir plonger dans le décryptage du système monétaire et d’aller au Cœur du tabou.

L’aventure ne fait que commencer 😉

Nouvelles du Lundi 6 mai 2013:

Nouvelles du Lundi 6 mai 2013:

1) Mega heureux et méga fatigué du OuiShare Fest. Superbe vibe avec plus de 500 personnes, conf en anglais jeudi, vendredi, et journée française grand public samedi. Enormément de belles personnes, de chouettes rencontres et présentations.. ravi d’enfin voir réunis les open-sources, fablab, économie de fonctionnalité, planteurs de graines, bio-man, société de la connaissance, disco soupe et autres défenseurs de causes toutes plus belles les unes que les autres… Le nouveau paradigme prend forme et ça fait du bien..!

2) Côté orga du OuiShare Fest j’ai pu faire cours de Wutao avec Tradeschool, concert improvisé sur la grande scène avec Marc-Arthur Gauthey, modérateur de panel sur les monnaies complémentaires, MC pour les amies qui présentaient leur pitch aux OuiShare Awards, workshop banque du temps avec Anne-Cécile, et finir par faire de la traduction pour Pavlik et ses amis qui vivent sans monnaie…! Un peu de course à pied entre le Boat, le Circus et du Team spirit avec le Talkie Walkie magique et remerciements pour toute cette belle équipe contributive et généreuse. Merci mille fois à toute l’équipe, que c’était BON!

3) Un beau projet de monnaie Ile de France avec Isabelle Delannoy, co-auteur de Home pour créer une économie Symbiotique pour notre région. Nous nous inscrivons dans l’appel à projet IDF de la région, nous avons besoin de toutes les belles énergies pour rassembler et construire ce projet géant et magnifique. Nous allons construire la gouvernance avec l’Université du Nous. Faites moi signe si vous vous reconnaissez dans l’économie symbiotique, une économie qui génère des externalités positives : sociales, écologiques et environnementales. Nous souhaitons relier les acteurs, les mettre en réseau et reconnaître, mesurer, stimuler les dynamiques de coopérations entre ces acteurs.

4) Monnaies et politiques
J’ai rendez-vous avec Jacques Attali cet après-midi. Envoyé un mail au Premier Ministre pour lui proposer de l’accompagner sur un plan national de monnaies régionales… 😉

5) Pédagogie pour les monnaies
J’ai 2 projets pour rendre accessible les contenus, les savoirs et la connaissance que j’ai collecté depuis août 2007 sur la finance, les monnaies, l’humain :
* Un petit livre de 60 pages qui va droit à l’essentiel et met en lumière la responsabilité collective et le pouvoir de la monnaie (idéalement traduit en anglais, espagnol et allemand), financé par un crowdfunding intelligent pour pouvoir le distribuer en pdf gratuitement tout en le vendant en ebook+livre papier
* Des formations : 1 jour, 2 jours pour créer une monnaie complémentaire

6) des Retombées médias pour les monnaies :
* France Culture avec Terre à Terre avec Will Ruddick de Community Forge : http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-monnaies-complementaires-au-kenya-2013-05-04#.UYZZu6VTHis.facebook
* 2 interviews fr/en pour Knowtex : http://www.thinglink.com/scene/387746021075058690
* Une interview pour Bitcoin http://www.synopslive.net/replay/e-dixit/
* Une interview Bitcoin à venir pour France24 : http://www.france24.com/fr/20130504-internet-bitcoin-monnaie-du-futur
* Une interview pour Bitcoin sur le site Sup Internet
* La conf de Toulouse avec Matthieu Vachez : http://tbscreen.esc-toulouse.fr/node/137

7) Dans la rubrique Masculin :
* Nous avons fait un Teaser pour le Festival qui devrait bientôt sortir, 2 minutes pour vous inviter à venir expérimenter avec nous les 29 et 30 juin au Centre d’arts et d’écologie corporelle Génération Tao à Paris.
* Je repars avec Jacques Lucas et l’équipe d’Horizon Tantra vivre ce magnifique moment de l’Homme Tantrique, 4 jours de stage avec 50 hommes, cette fois dans l’équipe accompagnatrice.

8) Appel au don :
Je suis encore un peu juste en ce moment financièrement, le chômage s’est terminé le mois dernier et les flux à venir pas encore enclenchés.. Si le cœur vous dit de m’alléger et m’aider, contactez moi! Merci mille fois!

Une très belle semaine à Tous et à Toutes!

Manifesto pour la reliance des causes communes

Suite à la soirée sur le Domaine Publique qui avait lieu hier soir au Centre Pompidou pour célébrer l’arrivée à terme des droits de certains auteurs, j’ai découvert que le domaine public n’existe pas en droit. Rassemblés autour de Comunia, Savoirs Com1, la Quadrature du Net, l’Open Knowledge Foundation et d’autres organisations qui promeuvent la défense du domaine public, de l’internet libre, des logiciels libres, j’ai appris l’inexistence du Domaine Public : il n’est même pas nommé. On suppose son existence par l’extinction des droits d’auteurs mais il n’est pas nommé. Nul part en droit français. Rien. Niet. Nada.

Difficile de créer une société du partage quand notre droit représente aussi bien les intérêts individualistes, les intérêts privés mais omet, ignore et ne nomme pas cette chose aussi essentielle et vitale qu’est le Domaine Public.

Le Domaine Public appartient à tous. Ainsi nous devrions tous nous sentir concernés lorsque nos bibliothèques, nos juristes, nos gouvernements, nos lobbys parlent, légifèrent et décident de ce grand pot commun de l’humanité qui devrait être inaliénable.

C’est ce que tentent de faire les licences Creative Commons avec notamment la licence Creative Commons 0, une sorte de carte de don d’organe ou je demande que l’on verse à ma mort toutes mes œuvres dans le domaine public… mais cela ne suffit pas.

C’est ce pour quoi Aaron Swartz s’est battu, c’est ce pourquoi beaucoup d’autres se battent… libérer la connaissance et la verser dans le pot commun, pour que les bases de données scientifiques, les anciens recueils, les photos de la Joconde, les images des grottes de Lascau, les œuvres soient accessibles et utilisables par tous, aussi bien scientifiques du MIT que pays en voie de développement. De nombreuses propositions concrètes existent pour faire évoluer la situation : que l’on réduise le droit d’auteur pour augmenter le partage, la diffusion de la connaissance et le partage de la culture par exemple.

Nous devrions tous être concernés lorsque l’on parle du domaine public, nous devrions tous être sensibilisés et sensibles à cette ressource qui est la propriété de tous et d’aucun.

Je vois la transversalité dans ces causes, les mêmes fondements que ceux que je retrouve dans les mouvements des monnaies complémentaires au code libre, transparent et modifiable par les utilisateurs. Je vois les mêmes valeurs que celles qui nourrissent l’ESS, de Terre de Liens, de la NEF et biens d’autres coopératives qui créent une économie qui a du sens basés sur des liens humains. J’y retrouve les mêmes valeurs que ceux qui se battent pour ce grand Bien Commun qu’est la Neutralité du Net. J’ai ressenti la même volonté chez les indignés et les anonymous qui par milliers se sont levés pour dénoncer les limites criantes et l’hérésie du système en place qui réduit les droits et espaces de libertés. Je sens les liens également avec la montée du Parti Pirate et des défenseurs des logiciels libres et du partage. C’est évidemment la même source qui nourrit les partisans du revenu de base, ce revenu minimum pour tous. Je trouve la même dynamique que celle qui motive la défense du brevetage du vivant, la protection des semences… Les mêmes valeurs encore qui sous-tendent le Forum Social Mondial, l’émergence et la reconnaissance de la Société Civile.
Je vois les mêmes valeurs encore que celles des défenseurs de l’écologie, des indiens d’Amérique ou d’ailleurs qui défendent la Terre, l’Eau, l’Air, les forêts… comme Biens Communs de l’Humanité.

Au-delà des différences apparentes, il y a des choses que nous avons en commun, ces choses, ces causes, ces sujets qui nous relient et nous rassemblent, ces valeurs qui nous ré-unissent.

J’ai choisi de me spécialiser dans les monnaies car c’est pour moi un sujet qui me semble central et stratégique pour débloquer la rareté artificielle et les comportements individualistes, pour sortir de la compétition des uns contre les autres et du sentiment de séparation. En même temps je soutiens, encourage, lis et relie les branches voisines, mes coopérateurs et coopératrices qui œuvrent pour les combats similaires et parallèles qui défendent, améliorent et libèrent les autres branches de notre société vers plus de partage, plus de liberté et plus de bon sens.

Il est temps de relier les causes communes et de réunir les forces encore trop dispersées.

Je ne connaissais pas Aaron mais son combat est le mien, je me reconnais dans son action et son indignation. Je me reconnais dans sa vision, je me reconnais dans les autres causes que j’ai citées plus haut car elles contribuent toutes à plus de libertés individuelles et collectives et elles contribuent à plus de sécurités pour l’individu et pour les communs face aux intérêts privés.

Nous sommes quelques groupes à défendre, de plus en plus nombreux, à pousser, à faire avancer chacun dans notre silo : le droit, la mentalité, les pratiques pour qu’un nouveau paradigme puisse émerger, reconnaissons-nous et aidons-nous à faire émerger les causes des uns et des autres, nous partageons les mêmes valeurs fondamentales, nous défendons les mêmes causes.

  • Je choisis et recommande la non-violence comme principe essentiel d’action car toute violence sur l’autre est une violence que je m’inflige à moi-même dans cette conscience que je ne suis séparé de l’autre qu’en apparence.
  • Je choisis l’action créative et la coopération pour développer et mettre en place de nouveaux modèles qui rendent les anciens obsolètes.
  • Je choisis le dialogue, la confiance en la justesse de mon action et la patience lorsqu’il est nécessaire de faire évoluer l’existant.
  • Je choisis de sensibiliser, expliquer et former aux pratiques du partage, à la notion de Domaine Public, de Biens Communs, de brevetage du vivant, de bio-piraterie et je soutiens les organisations qui œuvrent dans ce sens.
  • Enfin je choisis la désobéissance civile en conscience et le droit à l’expérimentation lorsque la loi est dépassée, contraire aux intérêts de l’Humain

 

Le Domaine Public, les Biens Communs de l’Humanité doivent être reconnus et défendus par Tous et pour Tous!

Faisons rentrer le Domaine Public dans nos textes de lois!
Chaque pas, chaque victoire d’une de ces organisations, de ces causes contre les intérêts privés et égoïstes est une victoire pour Tous.
N’attendons pas une nouvelle Hadopi, un nouvel ACTA, un nouvel Aaron pour agir et ouvrir les yeux sur cette monétisation grandissante et perpétuelle de l’argent-dette sur notre Culture, nos Communautés, notre Terre, nos Œuvres et nos Vies pour promouvoir, défendre et développer nos libertés fondamentales!
Nous l’emporterons sur nos propres parts égoïstes, car notre Nature profonde nous montre l’exemple et le chemin… il n’y a qu’à suivre notre Cœur.

En avant les communs!

// Quelques manifestos.. à compléter!
Public Domain Manifesto
Guerilla Open Access Manifesto
Le Manifeste de Savoirs com1
Manifeste pour la récupération des biens communs
Manifeste pour la protection de notre héritage génétique
Manifeste sur l’avenir des semences