Une monnaie pour relier les acteurs de l’Economie Symbiotique et développer une économie vertueuse sur les Territoires

Quel Mois. Normalement je fais les billets plein d’espoir en début de semaine pour enchanter tout le monde, mais comme on est le 30 mai et que nous rendons Notre Projet de monnaie pour l’Île de France ce soir, je ne peux m’empêcher de refaire le mois.

Le Vendredi 26 mai, pour un déjeuner je voyais Isabelle Delannoy pour partager, ses avancées sur Do Green, l’économie symbiotique et moi mes avancées sur la monnaie. C’est là que j’ai tilté.
J’avais toujours dit que je ne serai pas créateur de monnaie mais consultant, accompagnateur des villes et collectivités qui souhaitent s’y mettre, que j’aurai plus de justesse dans cette démultiplication qu’à créer moi-même une monnaie. D’abord parce que si je créais une monnaie, je savais très bien qu’il me fallait une Vision un peu plus envoutante que « sortir du capitalisme » ce qui est bien mais pas suffisant. L’être humain ne s’arrête pas de fumer parce qu’il n’aime pas les clopes, il arrête parce qu’il veut développer son souffle et avoir une haleine fraîche.
C’est là que le Tilt s’est fait. Je l’avais certes évoqué dans mon mémoire sur l’avenir des croissances énergétiques et environnementales, le scénario « positif », un scénario local, décentralisé, avec des petites organisations respectueuses de l’homme et de l’environnement. Mais Isabelle qui a consacré sa Vie à cette question a modélisé tout ça, a mis des noms, des mots, décrit des principes, définit des indicateurs pour mettre en mots toute cette Vision que je sentais et que je connaissais : Une Economie qui allie restauration écologique, résilience sociale et développement économique : une économie dont les acteurs génèrent des externalités positives (écol, sociales, environnementales) : une Economie Symbiotique.

C’est une économie qui ne pompe plus son environnement, ni les humains qui la développent. Une économie qui ne fait pas moins mal, c’est une économie qui fait du bien : aux gens et à la planète. Au départ, ça secoue parce qu’on n’a pas vraiment été habitué à ça..

Donc quand Isabelle met les mots et me dérive les 6 principes de l’économie Symbiotique je dis BinGo. Voici la pierre qui me manquait : une belle vision.
Avec une belle vision et un outil monnaie, nous pouvons construire un projet collectif pour remettre l’économie et la croissance en harmonie avec les hommes et la planète. Je connais Isabelle depuis 2006, nous étions blogueurs ensemble dans ce réseau des Freemen, un réseau de blog décentralisé où chacun publiait sa prose pour sensibiliser et alerter sur les problèmes maintenant évidents qu’aucun ne peut ignorer, à l’époque nous étions des « alters ». Ce binôme est parfait pour la tâche qui nous attend.

Les Porteurs de Projet

Le projet sera porté par Citizen Can en partenariat avec Do Green. J’en suis à l’origine et en serai le Chef de Projet.
Sur le chemin nous retrouvons Thanh Nghiem qui nous met en lien avec Fondaterra, Qoin spécialistes des logiciels monnaies, nous avons des soutiens de Sébastien Ravut, de Thierry Vincent, Philippe Lukacs, nous développerons la gouvernance avec mes amis de l’Udn Universite du Nous, nous sommes en lien avec la Nef. Nous sommes en lien avec les projets de monnaies voisines et/ou « concurrentes »… Bastien, Nadia, Anne-Cécile, Vincent, Christophe…
Nous relierons les acteurs de cette économie vertueuse qui vont de OuiShare et l’économie du partage à l’agro-écologie en passant par les réparateurs, les commerces locaux indépendants, les magasins bio, les artisans, les espaces de bien-être, les Coopanames, l’économie tertiaire…

A l’image des Créatifs Culturels qui découvrent qu’ils ne sont pas seuls, nous proposons aux Entreprises et Organisations qui font du bien de se relier, de se solidariser et de coopérer pour accroître leurs richesses écologiques, économiques et sociales sur le territoire.

Pourquoi?

>> Parce qu’il est temps que les communautés qui produisent des richesses puissent dire ce qui a de la valeur pour eux, et se donner la capacité de faire du crédit mutuel sans passer par les banques, sans payer d’intérêts, sans être esclaves de leurs dettes. >> Parce qu’il est temps que nous ayons d’autres lunettes que les seules lunettes bleues du banquier qui ne voit et ne valorise que la richesse bleue : économique
>> Pour que la valeur créée reste sur le territoire, pour valoriser et encourager ceux qui font du BIEN (social, écologique, économique).

Comment ?

Comme les banques le font : créer des lignes de crédits à l’intérieur d’une communauté. C’est ce qu’on appelle le Barter. La différence : nous valoriserons et accorderons du crédit à des acteurs qui ont une valeur économique traditionnelle (facile), mais nous donnerons du crédit également à des acteurs qui ne génèrent pas de rentabilité ou profit en €, tels que des jardins partagés, des centres sociaux, des associations.
En sélectionnant à l’entrée les acteurs vertueux qui existent déjà nous créerons notre premier cercle, noyaux d’acteurs motivés. Nous ouvrirons ensuite progressivement aux autres en fonction d’indicateurs à définir, modéliser.

Quoi ?

En créant un barter inter-organisation : système de crédit mutuel où chacun peut faire des échanges en monnaies complémentaires sans toucher à sa trésorerie €. Cette monnaie circule en local entre les acteurs. En fonction de mon organisation, de mon métier, des externalités positives que je produis j’ai le droit à un accès au crédit plus ou moins grand. Cela m’apporte un nouveau catalogue d’offre, préserve ma trésorerie, créée de nouveaux liens avec des fournisseurs et des ventes supplémentaires. C’est aussi un super outil réseau pour faire partie d’un club de gens qui font du bien à la planète et aux humains.

Ce soir ce sera envoyé. Nous aurons la réponse en Octobre 2013 pour savoir si nous sommes sélectionnés par la Région.
Le projet est trop beau pour ne pas vivre, quoi qu’il arrive, nous en ferons quelque chose. En attendant nous devons aller chercher les partenaires financiers et tester le terrain.

Nom de code : Symba-tic, et la monnaie : le Symba.

Vous en êtes?

Quelles sont les têtes de réseaux, les influenceurs que je ne connais pas à qui cela vous fait penser que je devrais ABSOLUMENT contacter pour en parler, sensibiliser, tester et avec qui je pourrais travailler demain?

Quelle joie de pouvoir enfin proposer une solution concrète, faisable, légale, tournée vers l’humain et qui respecte la planète et qui relie toute cette économie que je reconnais et soutiens depuis un moment!! Le Nouveau Monde est en Marche!

2 réponses sur “Une monnaie pour relier les acteurs de l’Economie Symbiotique et développer une économie vertueuse sur les Territoires”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *