Sommes nous libres de payer nos impôts? ou obligés?

Et si nous étions libre de payer nos impôts, à quoi ressemblerait notre économie, notre nation?
Wikipedia fonctionne dans l’économie du don et nous permet à tous d’en profiter bien que seulement une minorité contribuent. Cette dynamique spécifique du web a permis à l’humanité de se doter d’une encyclopédie en ligne d’une ampleur inédite.

Et si, à la manière de Wikipedia, nous étions libres de contribuer, ou non, à la hauteur que nous souhaitons aux impôts que nous donnons à notre nation?
Et si, à la manière de l’économie du don, nous étions libres de contribuer ou non aux services que nous recevons, qu’est-ce que cela changerait?

Si plutôt qu’une obligation, nous avions le choix, et la visibilité sur la conséquence. Imaginez sur le site impots.gouv.fr une jauge « nous sommes à 756 millions d’impôts récoltés sur les impôts sur les revenus pour 2013 » il nous faut encore 42 milliards pour permettre de faire fonctionner notre économie.
« encore 3 milliards » et nous pourrons assurer le programme d’investissement pour les écoles
« encore 7 milliards » et nous pourrons continuer la guerre en centrafrique
« encore 12 milliards » et nous pourrons continuer de financer la dette française

Utopie? Faisable? A quelles conditions? Qu’est-ce que cela changerait pour vous?

We, the people are paying for this game

Le système ne tourne pas rond.. Les gouvernements empruntent aux banques des sommes d’argents que les banques créent à partir de rien.

Nous payons les intérêts sur cette dette (37% de nos impôts, soit un transfert de richesse de 16 milliards d’euros chaque année depuis les plus pauvres vers les plus riches), pour que nos Etats aient des belles notations.

Les banques reçoivent les intérêts, des primes et se gavent sur notre dos sans rien faire.

Les politiques font des promesses et continuent d’emprunter en nous endettant collectivement.

Chaque année le plafond de la dette est rehaussé car aucun politicien ne veut voir le système s’écrouler sous son règne.

Les US ont fait leur 3ème injection monétaire grâce à la FED (Quantitative Easing 3) pour relancer la croissance US. D’un montant de 255 milliards de dollars (sortis de nulle part), ils l’ont fait rentré dans leurs recettes comme du PIB ce qui leur permet de faire croire qu’ils sont en croissance. Cela fait 4 trimestres que les injections couvrent les vrais chiffres, cela fait 4 trimestres que les vrais chiffres sont en récession. Au bout de 8 trimestres de récession, on appelle cela une dépression.

on se la refait :
Les US sont en dépression économique.
Les US cachent leurs chiffres et font apparaître l’injection d’argent comme du PIB.
Les politiciens demandent de l’argent-héroïne aux banques.
Les politiciens réhaussent le plafond de la dette pour que le jeu continue.
Les citoyens payent.

ça tient tant que nous payons, ça vous plaît comme programme d’avenir? 😉