Briser le tabou de l’argent!

Faire ce que j’aime, ce en quoi je crois et être reconnu et payé en échange, voilà la Richesse.

J’ai la joie de vous annoncer que j’ai gagné de l’argent.

Après de nombreuses semaines et certains mois à pédaler, à labourer, à donner sans savoir quand je recevrai, sans savoir comment je recevrai, parfois à ne pas savoir comment demander un salaire, affirmer ma valeur, « vendre mes compétences », « marketer un service », j’avais l’impression de vendre de la démocratie.. me voici maintenant en train de recevoir les fruits de ce que j’ai semé.
* En travaillant avec Citizen Can j’ai gagné de l’argent pour faire le métier que j’aime : développer les monnaies complémentaires.
Sur le mois de mi-avril à mi-mai, j’ai travaillé avec eux en participation consciente : je leur ai proposé de faire un reporting de ce que je fais, de travailler sans filet et qu’ils choisissent en conscience, le prix qu’ils souhaitent accorder à ce travail. Ils ont choisit 2500€. 2500€ en participation consciente, ça n’a rien à voir avec une négociation, un marchandage.. Ils ont choisi librement, en conscience, de me donner, pour mon travail, 2500€. Ca c’est une victoire.
* En travaillant avec Scopic et la ville de Nantes, en les connectant dans le partenariat européen CCIA, j’ai touché un mini pactol. Je les ai connecté dans un partenariat européen avec un financement de l’Europe à hauteur de 50% du budget soit 270 000€. J’ai travaillé, sans filet pour les connecter, présenter le projet à Londres, avec les partenaires, adapter les fichiers, préparer le dossier, traduire, défendre etc.. Il a été décidé que 10% du financement reviendrait à ceux qui ont préparé le dossier : Scopic et mon auto-entreprise. Nous partageons cette somme en 2. Ce qui fait environ 13 000€ pour mon travail sur octobre-novembre-décembre. J’attends que la Commission Européenne valide définitivement le partenariat pour toucher la somme complète mais cela ne devrait plus tarder.
* En travaillant avec OuiShare dans lors du Fest j’ai reçu également de l’argent, pas encore définitif, nous sommes dans un processus d’évaluation collective, je vous tiendrai au courant.

Je suis tellement heureux. Je ne pensais pas que cela pourrait me soulager autant, moi qui m’était mis à vivre en sobriété heureuse pour « ne pas consommer », « ne pas prendre trop de place », « l’argent c’est mal », « les riches ont du le prendre aux pauvres », « les rotschilds sont des enfoirés » et les « 1% doivent vraiment pas être humains »… à penser que je ne gagnerai pas d’argent et que je serai pauvre, parce qu’il faut être pauvre pour être cohérent avec le changement de système monétaire … J’avais oublié et rayé de ma carte mentale la possibilité de faire un métier qui a du sens, de faire un métier que j’aime, de le faire à ma façon et de pouvoir gagner de l’argent pour ça, cela me semblait inconcevable. Je me sentais même coupable à l’idée de me rembourser des tickets de train quand je travaillais avec les Valeureux alors que je le faisais « pour la cause »…

Bref, je n’ai plus honte et je suis même heureux de pouvoir dire que c’est possible de s’arracher, de vivre sa passion à fond, de créer son métier, de créer mon métier, un métier qui a du sens et d’en recevoir quelque chose en retour. J’en suis même fier.

Aussi, je souhaite publier de façon transparente ce que je gagne et d’où je le gagne. Rompre avec le tabou de l’argent. Assumer, expliquer, parler, clarifier, raconter. Que si ça provoque des réactions, vous puissiez m’en parler, me dire, me questionner, que nous puissions échanger, que nous ne nous laissions pas bouffer par ce tabou.

Nous allons avoir besoin d’honnêteté et de solidarité dans les temps qui viennent.
Cela encouragera également mes partenaires et collaborateurs à aller vers plus de transparence.

Merci mille fois à tous ceux qui croient en moi depuis le début, tous ceux qui m’aident, me soutiennent, se reconnaissent dans la cause que je soutiens, dans la Voie que j’ouvre. Je vais pouvoir m’acheter un ordi pour bosser, prendre du temps pour Respirer, des nouvelles chaussures, des chemises et plein de trucs con dont j’avais oublié l’importance relative!

Vive la Vie!

Une monnaie pour relier les acteurs de l’Economie Symbiotique et développer une économie vertueuse sur les Territoires

Quel Mois. Normalement je fais les billets plein d’espoir en début de semaine pour enchanter tout le monde, mais comme on est le 30 mai et que nous rendons Notre Projet de monnaie pour l’Île de France ce soir, je ne peux m’empêcher de refaire le mois.

Le Vendredi 26 mai, pour un déjeuner je voyais Isabelle Delannoy pour partager, ses avancées sur Do Green, l’économie symbiotique et moi mes avancées sur la monnaie. C’est là que j’ai tilté.
J’avais toujours dit que je ne serai pas créateur de monnaie mais consultant, accompagnateur des villes et collectivités qui souhaitent s’y mettre, que j’aurai plus de justesse dans cette démultiplication qu’à créer moi-même une monnaie. D’abord parce que si je créais une monnaie, je savais très bien qu’il me fallait une Vision un peu plus envoutante que « sortir du capitalisme » ce qui est bien mais pas suffisant. L’être humain ne s’arrête pas de fumer parce qu’il n’aime pas les clopes, il arrête parce qu’il veut développer son souffle et avoir une haleine fraîche.
C’est là que le Tilt s’est fait. Je l’avais certes évoqué dans mon mémoire sur l’avenir des croissances énergétiques et environnementales, le scénario « positif », un scénario local, décentralisé, avec des petites organisations respectueuses de l’homme et de l’environnement. Mais Isabelle qui a consacré sa Vie à cette question a modélisé tout ça, a mis des noms, des mots, décrit des principes, définit des indicateurs pour mettre en mots toute cette Vision que je sentais et que je connaissais : Une Economie qui allie restauration écologique, résilience sociale et développement économique : une économie dont les acteurs génèrent des externalités positives (écol, sociales, environnementales) : une Economie Symbiotique.

C’est une économie qui ne pompe plus son environnement, ni les humains qui la développent. Une économie qui ne fait pas moins mal, c’est une économie qui fait du bien : aux gens et à la planète. Au départ, ça secoue parce qu’on n’a pas vraiment été habitué à ça..

Donc quand Isabelle met les mots et me dérive les 6 principes de l’économie Symbiotique je dis BinGo. Voici la pierre qui me manquait : une belle vision.
Avec une belle vision et un outil monnaie, nous pouvons construire un projet collectif pour remettre l’économie et la croissance en harmonie avec les hommes et la planète. Je connais Isabelle depuis 2006, nous étions blogueurs ensemble dans ce réseau des Freemen, un réseau de blog décentralisé où chacun publiait sa prose pour sensibiliser et alerter sur les problèmes maintenant évidents qu’aucun ne peut ignorer, à l’époque nous étions des « alters ». Ce binôme est parfait pour la tâche qui nous attend.

Les Porteurs de Projet

Le projet sera porté par Citizen Can en partenariat avec Do Green. J’en suis à l’origine et en serai le Chef de Projet.
Sur le chemin nous retrouvons Thanh Nghiem qui nous met en lien avec Fondaterra, Qoin spécialistes des logiciels monnaies, nous avons des soutiens de Sébastien Ravut, de Thierry Vincent, Philippe Lukacs, nous développerons la gouvernance avec mes amis de l’Udn Universite du Nous, nous sommes en lien avec la Nef. Nous sommes en lien avec les projets de monnaies voisines et/ou « concurrentes »… Bastien, Nadia, Anne-Cécile, Vincent, Christophe…
Nous relierons les acteurs de cette économie vertueuse qui vont de OuiShare et l’économie du partage à l’agro-écologie en passant par les réparateurs, les commerces locaux indépendants, les magasins bio, les artisans, les espaces de bien-être, les Coopanames, l’économie tertiaire…

A l’image des Créatifs Culturels qui découvrent qu’ils ne sont pas seuls, nous proposons aux Entreprises et Organisations qui font du bien de se relier, de se solidariser et de coopérer pour accroître leurs richesses écologiques, économiques et sociales sur le territoire.

Pourquoi?

>> Parce qu’il est temps que les communautés qui produisent des richesses puissent dire ce qui a de la valeur pour eux, et se donner la capacité de faire du crédit mutuel sans passer par les banques, sans payer d’intérêts, sans être esclaves de leurs dettes. >> Parce qu’il est temps que nous ayons d’autres lunettes que les seules lunettes bleues du banquier qui ne voit et ne valorise que la richesse bleue : économique
>> Pour que la valeur créée reste sur le territoire, pour valoriser et encourager ceux qui font du BIEN (social, écologique, économique).

Comment ?

Comme les banques le font : créer des lignes de crédits à l’intérieur d’une communauté. C’est ce qu’on appelle le Barter. La différence : nous valoriserons et accorderons du crédit à des acteurs qui ont une valeur économique traditionnelle (facile), mais nous donnerons du crédit également à des acteurs qui ne génèrent pas de rentabilité ou profit en €, tels que des jardins partagés, des centres sociaux, des associations.
En sélectionnant à l’entrée les acteurs vertueux qui existent déjà nous créerons notre premier cercle, noyaux d’acteurs motivés. Nous ouvrirons ensuite progressivement aux autres en fonction d’indicateurs à définir, modéliser.

Quoi ?

En créant un barter inter-organisation : système de crédit mutuel où chacun peut faire des échanges en monnaies complémentaires sans toucher à sa trésorerie €. Cette monnaie circule en local entre les acteurs. En fonction de mon organisation, de mon métier, des externalités positives que je produis j’ai le droit à un accès au crédit plus ou moins grand. Cela m’apporte un nouveau catalogue d’offre, préserve ma trésorerie, créée de nouveaux liens avec des fournisseurs et des ventes supplémentaires. C’est aussi un super outil réseau pour faire partie d’un club de gens qui font du bien à la planète et aux humains.

Ce soir ce sera envoyé. Nous aurons la réponse en Octobre 2013 pour savoir si nous sommes sélectionnés par la Région.
Le projet est trop beau pour ne pas vivre, quoi qu’il arrive, nous en ferons quelque chose. En attendant nous devons aller chercher les partenaires financiers et tester le terrain.

Nom de code : Symba-tic, et la monnaie : le Symba.

Vous en êtes?

Quelles sont les têtes de réseaux, les influenceurs que je ne connais pas à qui cela vous fait penser que je devrais ABSOLUMENT contacter pour en parler, sensibiliser, tester et avec qui je pourrais travailler demain?

Quelle joie de pouvoir enfin proposer une solution concrète, faisable, légale, tournée vers l’humain et qui respecte la planète et qui relie toute cette économie que je reconnais et soutiens depuis un moment!! Le Nouveau Monde est en Marche!

Zoé sur la monnaie

Je m’appelle Zoé. Je suis née en 2025, peu de temps après le grand renversement.

Lorsque l’on me demanda ce qu’était la monnaie pour moi, je n’ai d’abord pas bien compris la question. J’avais bien sûr étudié en Histoire de l’Humanité et compris le rôle qu’avait joué cet outil important sur l’époque industrielle comme j’avais étudié l’effet de la religion sur les 2 premiers millénaires après Jésus Christ, mais il m’a fallu un grand travail de recherche et d’analyse pour bien comprendre ce qu’il reste aujourd’hui dans notre société de traces de monnaie qui puissent correspondre à ce qu’elle était à l’époque économique de la croissance de la fin du 20ème siècle.

Ce que je peux reconnaître comme monnaie dans ma vie au quotidien ne sont que des points, des indicateurs que j’ai sur mon Passeport Citoyen qui me permettent de vérifier que j’ai bien respecté mes Droits de Citoyenne du Monde et contribué à mes Devoirs. Par exemple j’ai mon Droit à la Terre qui correspond à ce qu’il y avait à l’époque sous le nom de monnaie environnementale qui me donne un certain nombre de crédits de CO2, j’ai mon Droit à la Dignité qui mesure et répertorie mes actions civiles vis-à-vis de la société et permet de garantir un bien-être pour tous, j’ai aussi mon Droit à la Liberté qui mesure et liste les actions que j’ai réalisé volontairement pour mon plaisir personnel.

Pour vous donner un exemple, le week-end dernier quand nous sommes allés planter des arbres en forêt et que nous avons réhabilité les systèmes énergétiques des bâtiments avoisinants, personne ne nous a dit de le faire, c’est une action libre et spontanée que nous avons fait avec des amis de ma classe de Liberté pour nous amuser. Automatiquement, cette action a été identifiée comme rentrant dans le champ de notre Droit à la Liberté d’Agir et nous avons été crédités de points pour les catégories Nature, Energie et Action Collective parce que nous étions plus de 10 à le faire ensemble.

C’est grâce à ces systèmes de points que nous sommes remerciés pour nos actions, mais ce sont les vieux qui sont contents avec ça, nous on s’en fou, ce qui nous fait plaisir c’est la joie de le faire, pas le fait que ce soit listé et mesuré sur nos passeports, mais bon, ça sert surtout pour les Devoirs et garantir une égalité de tous les Citoyens sur la planète. Chaque mois, je choisis un domaine où j’ai beaucoup de points et je dois faire des actions avec des personnes qui ont moins de points que moi et leur transmettre des Connaissances et je dois aussi trouver quelqu’un qui a des points dans un Devoir que je n’ai pas encore créé pour pouvoir commencer une nouvelle catégorie de mon Passeport. C’est génial car cela nous permet d’apprendre tout le temps et de faire des choses avec des gens inconnus!

Avec ces systèmes nous pouvons aussi suivre en temps réel l’amélioration du bilan énergétique de notre action sur les bâtiments, l’évolution de la biodiversité de la forêt et les prévisions sur le nombre de personne que nous pourrons nourrir dans 5 ans grâce à ces arbres. C’est surtout ça qui importe pour moi…

C’est vrai qu’il y a eu des abus et que le changement a été plutôt radical…

Il faut dire que la monnaie avait quand même rendu les hommes fous avec la course effrénée à la croissance. En fait tout s’est joué en 2014, quand le système à bout de souffle s’est effondré et que soudainement, les humains ont pu se retrouver sans avoir peur de ne pas avoir assez. Reliés aux problèmes criants de la folie climatique, énergétique et financière, ils ont décidé qu’ils n’utiliseraient plus jamais de monnaie, que c’était là une des inventions les plus perverses jamais créée et qu’ils s’étaient retrouvés victimes de leur propres illusions. Bien sûr, ce n’était pas la monnaie le problème mais bien la logique de course infinie, de compétition et de séparation qui empêchait à tout un chacun d’exprimer ses talents, de vivre son rêve et d’offrir à la société ce qu’il a de plus précieux. Il faut quand même reconnaître que la monnaie en tant que passe-partout avait rendu tout le monde aveugle et irresponsable face aux problèmes que rencontrait la Terre à cette époque. C’est ce que me dit mon père régulièrement quand il me reparle de ces événements. Je crois que c’est pour ça que les pays sont tombés très vite d’accord pour les bannir définitivement, un peu comme en 1951, quand la France et l’Allemagne se sont unies pour créer à l’époque la CECA alors qu’ils venaient de se faire une guerre terrible. Pour ne plus jamais recommencer l’inhumain.

L’entrée dans la Société de la Connaissance

Depuis que nous avons compris que la Terre avait bien assez pour nourrir tous et toutes, que les machines pouvaient nous remplacer pour les travaux pénibles, l’idée de propriété, l’idée de pouvoir d’achat et le temps de travail sont tombés en désuétude très rapidement. Les mouvements du Partage et de la Société de la Connaissance sont apparus alors comme des évidences…

Chacun est aujourd’hui libre de faire ce qu’il veut pour sa communauté et pour le monde, chacun choisit comment il veut participer à l’évolution de notre espèce sur la planète. Il y a bien sûr des Droits et des Devoirs, ce qui permet d’organiser cette abondance et de respecter les autres, mais je suis tellement heureuse d’être libre de vivre comme je le veux, de recevoir autant de dons pour pourvoir notre habitat groupé, de goûter aux délicieux fruits de nos voisins et c’est un honneur en tant que jeune Citoyenne du Monde de participer 4 jours par mois aux tâches collectives locales avec les gens de ma rue et deux jours par mois aux tâches inhérentes aux devoirs mondiaux.

Alors si je devais résumer ce qu’est la monnaie pour moi en 2050?

Un débris de l’esclavage qui s’était perpétué et caché dans le pouvoir monétaire et le mythe de la croissance, mais c’est sûr qu’aujourd’hui encore, les adultes restent marqués définitivement par cette conscience de rareté qui était si vive à l’époque comme ils disent. Alors, je dirai que la monnaie, c’est un mauvais souvenir de l’époque de la Séparation.

// Cet article est ma contribution tirée de la collection 25 ans en 2050 réalisée suite au Forum Ouvert de l’Institut Inspire et du blog créé : 25 ans en 2050

TEDxLaDéfense : des monnaies pour nous relier

Le 14 Juin à la Défense, j’ai participé au TEDx sur le thème Humanisme et Profit. Etant définitivement centré sur les Richesses et la monnaie, j’y ai présenté mon parcours, mes prises de conscience et mes choix par rapport à l’aliénation de notre système monétaire. Il y a des solutions, elles fonctionnent, elles n’attendent que nous! En avant 😉

 

Petit retour en arrière.

Avant d’arriver sur la scène d’un TED, il faut le préparer. J’aimerai remercier les personnes qui m’ont coaché, accompagné et suivi sur ces 2 mois. Elles sont au nombre de 4, elles ont eu des rôles différents et bien complémentaires. Elles m’ont permise, chacune à leur façon de révéler le nectar de mon message : celui que je suis venu délivré, celui qui est juste pour moi et celui auquel je crois.

Les coachs de l’organisation TEDxLaDéfense

 

Didier Chambaretaud

Didier Chambaretaud, coach sur le fond

Didier m’a aidé à cadrer mon message. Choisir là où je pouvais aller et là où je n’étais pas légitime. Sans jamais m’imposer il m’a juste conseillé et m’a écouté. Il m’a aussi aidé à blinder les angles chiffrés sur lesquels je n’avais pas envie d’insister. C’est aussi lui qui a équilibré mon talk entre la partie sur ce qui ne va pas pour développer plus la partie orientée solutions. Didier a suivi tous les speakers avec un coaching très personnalisé, un vrai régale. Il a également animé son blog en le nourrissant de ses rencontres avec les intervenants. Vous y trouverez une autre présentation de moi et une belle entrée en matière sur le sujet des monnaies qu’il avait faite à l’époque de notre rencontre.

Son blog : http://didierchambaretaud.blogspot.fr/

 

Phil Waknell

Phil Waknell, coach sur la forme

Phil m’a aidé à rythmer mon talk. Le regard, la tonalité, la variation dans le flow, Phil est expérimenté grâce à son métier chez ideas on stage. Trouver les parties, avoir une boucle qui touche, les mots de la fin. Comme un superviseur de la « tenue » du talk en tant que tel sans regard du contenu. Magic, inspiring et dont on se souvient. Si à la sortie de la répète le public ne se souvient de rien, c’est perdu.

Son blog : http://philpresents.wordpress.com/

 

Les coachs maison 😉

 

Imanou Risselard

Imanou Risselard, coach sur l’espace et le souffle

Comment occuper l’espace, comment asseoir ma présence sans m’effondrer? Comment toucher jusqu’à la dernière personne du dernier rang, les mots, les souffles, les coupures entre les parties? Co-créatrice du Wutao et de la Transanalyse avec Pol Charoy, Imanou a également pratiqué le théâtre. Elle m’a aidé à sentir des choses très subtiles qui m’ont beaucoup aidé, au niveau de la posture et de l’attention notamment. Lorsque nous répétions au lieu que le talk tienne en 15 minutes, nous arrivions à 45 minutes. Je ne manquais pas de m’inquiéter sur la faisabilité de le réduire un jour à 15 minutes.. Et puis le jour J, la transe de la scène aidant, ça passe… comme par magie..

Le site du Wutao : http://wutao.fr/-Les-createurs-du-Wutao-.html

 

 

 

Pierre Serra, coach sur l’invisible

Pierre Serra

Pierre m’a accompagné avec des séances de Reiki dans cette aventure. Peu perceptible à l’image et indescriptible à l’écrit, la présence de Pierre et les séances m’ont permis de me centrer, de trouver une force en moi pour délivrer ce message ô combien personnel et de m’affirmer dans ma Voie. Pierre travaille en participation consciente, ce qui m’a aidé à me poser des questions sur la Valeur des choses et cela contribue à nourrir ma réflexion et mon expérimentation sur les monnaies et les modèles économiques innovants.

 

J’aimerai donc remercier du fond du cœur ces 4 personnes de l’ombre, qui n’apparaissent pas pendant les 15 minutes de ma prestation et qui pourtant ont largement contribué au résultat. Merci Didier, merci Phil, merci Imanou et Merci Pierre !

Mille Mercis !

J’aimerai remercier Christine Neveu de Citizen Can, co-créatrice de l’événement et Maxime Bruniquel, chef de projet sur l’organisation de l’événement. Ils l’ont rendu possible et lui ont donné cette chouette couleur et cette perfection que beaucoup ont ressenti sur place : une orga NIQUEL et ultrapro. Merci! Merci aussi pour toute l’organisation des séances de rencontres avec les intervenants, le soin apporté à la relation, merci pour toutes ces attentions précieuses.

Bien sûr il y a les Valeureux : Christophe et Sybille qui m’ont soutenu et supporté pendant toute l’aventure, présents le jour même, leur regard d’experts et leur bienveillance m’ont aidé à trouver la justesse de mon propos.

J’aimerai aussi remercier Chloé, qui m’a écouté et encouragé pour cadrer, ajuster et progresser tout au long de cette aventure.

J’aimerai enfin remercier toutes les personnes qui m’ont soutenu, de près ou de loin, au quotidien ou juste par la pensée, ceux qui ont cru en moi, qui m’ont donné des filons, des tuyaux ou simplement des retours, ceux qui étaient avec moi quand je suis passé. Merci à Vous!

Voilà une belle étape, l’aventure continue… à suivre, ici, sur facebook et dans la vraie Vie 😉

Sacred Economics, le court film à propos du livre

Charles Eisenstein est un leader hors pair. Par son travail personnel, ses livres et sa façon de raconter les choses, il nous parle de l’économie sacré.

Ian MacKenzie est un vidéaste incroyable. Par son positionnement et ses images, il capte le meilleur pour nous offrir des prises de consciences directes avec émotion garantie.

Ensemble, ils ont réalisé un film court de 12 minutes pour reprendre le contenu du livre Sacred Economics.

La suite se passe dans vos coeurs. à vous!

 

Sacred Economics with Charles Eisenstein – A Short Film from Ian MacKenzie on Vimeo.

8 Février : Débat et projection du Revenue de vie au Studio des Ursulines

Vous le savez, je travaille depuis plusieurs année sur les monnaies complémentaires pour éviter que la richesse décolle dans la sphère financière. Pour traiter des problématiques de l’argent, il y a une vision très politique et très intéressante qui porte de nombreux noms : le revenue de vie, le dividende universel ou encore revenu d’existence.

Dans le cadre du Forum Social Mondial, nous nous posons la question de la répartition d’argent dans notre système et allons voir le film Revenue de Vie. Pour mieux pouvoir y répondre, rien de mieux qu’une bonne projection et un débat en compagnie de quelques personnes qui connaissent bien sur le sujet pour transmettre et expliquer.

Et si l'argent était au service de l'Humain?

Quand
Mercredi 8 février


Studio des Ursulines
, 10 rue des Ursulines, 75005 Paris, France

Participation aux frais
De quoi pique niquer +
– 1€ si vous venez seul
– Gratuit si vous venez avec une personne qui ne connaît pas le sujet

Programme
19h30 : Accueil et introduction sur le Revenu d’Existence
20h-21h00 : Projection
21h00-22h : Debat
22h-23h : Echange et pique-nique

Inscription
Inscrivez vous ici
et ajoutez vous sur la page Facebook de l’événement http://www.facebook.com/events/357455880938618

Pour plus de renseignements sur le sujet :
Appel pour le revenue de vie
Scoop-it : liens sur le sujet gérés par Carole Fabre

2012 : une année comme si c’était la dernière

Comme chaque année maintenant, le petit bilan de l’année qui vient de s’écouler et la projection dans ce qui arrive. Comme l’année dernière, j’aimerai essayer de ne pas être dans l’analyse mentale du monde mais plus dans un ressenti intérieur de ce que mon intuition me dit.

Je vous souhaite

Pour cette année du Dragon d’Eau, je vous souhaite de vous réaliser. D’être vous-même, simplement et pleinement. De ne plus vous soucier du qu’en dira-t-on : de vivre votre rêve. Ou de tendre vers votre rêve chaque jour un peu plus pour vous incarner et offrir à vos proches et à vos semblables ce que vous aimez faire.

Je vous souhaite de faire avec et non pas sans, de dépasser les clivages pour/contre et de rassembler les antagonismes pour transcender ces positions bloquées et remettre du mouvement.

Je vous souhaite beaucoup de bonheur, mais aussi des peines, des étapes, des épreuves et des impasses car c’est souvent par la difficulté que nous réalisons que nous n’avions pas le bon calque de lecture et qu’une révision des croyances s’impose. Ce fut le cas pour moi en Argentine où, arrivé au fond du fond, j’ai dû changer de regard sur la réalité et m’ouvrir à ce que j’avais classé, certifié et rangé comme ridicule il y a bien longtemps.

Pour 2012 je vous souhaite des belles prises de conscience : que la lumière soit!

Je sens

Je sens que cette année est celle de tous les possibles. Si 2011 était un tour de chauffe international, 2012 peut nous apporter ce vent du changement que nous appelons tant. Non pas par la violence ou par la révolution, mais par la création, par l’ouverture, par la rencontre et la découverte que finalement, nous sommes voisins, nous sommes humains, et nous avons tant à partager.

Je sens que ce que je voyais jusqu’à présent comme deux mondes antagonistes : le système et les alters vont se rencontrer à mi-chemin. Les alters transmettant aux autres les techniques, méthodes, voies qu’ils ont pratiquées longtemps dans le désert. Ce faisant, ils approfondissent leur compassion, leur empathie et adoucissent leurs haines et colères du passé qui n’ont plus lieu d’être. Ils acceptent le monde dans lequel ils vivent car il n’a de sens que s’ils peuvent transmettre ces enseignements, ils s’ouvrent à l’autre car l’autre n’est pas un ennemi. Le système, les multinationales, les politiques eux aussi vont s’ouvrir et changer, car ils voient bien que leur position n’est plus tenable et qu’elle n’a plus de sens. Pour autant, c’est bien encore grâce à ce système que tout tient aujourd’hui, fragilement. C’est donc dans la rencontre de ces deux univers et dans l’obsolescence de la vision de l’autre comme ennemi que nous arriverons à créer. En fait, il n’y a plus d’ennemi, nous arrivons vers la fin de la dualité et vers une conscience universelle d’être humains qui souhaitent juste être heureux, ensemble et réussir à organiser le système pour qu’il satisfasse les besoins de tous en respectant la Terre et notre éco-système.

Je sens une guerre de la création, une effusion d’entreprises, de projets, de dynamiques, une créativité en réponse à la menace, une création qui répond à tout. Comme si c’était la seule arme dont nous disposions encore, comme si c’était la seule réponse qui ouvre un autre champ des possibles. Cette création, si elle est consciente : en lien avec la réalité d’aujourd’hui et avec l’évolution des autres êtres n’a ni frontières ni limites ni barrières.

2012 est l’année de tous les possibles, en 2012 nous sommes tous créateurs.

J’ai fait

En 2011, voici les grandes actions aussi bien personnelles que professionnelles que j’ai réalisées. Faire un bilan, se les remémorer permet de sentir ce que j’ai aimé, ce qui m’a plu et ce que j’ai fait :

Janvier : BD augmentée avec Owni sur les monnaies complémentaires
Février : Colloque sur les monnaies à Lyon + séminaire avec Community Forge au Tiocan. Premier séminaire de l’Université du Nous – Valeureux
Mars : Hors-Série La richesse autrement avec Alternatives Economiques + Salon Vivre autrement : animation d’un atelier sur l’échange de richesses avec Sybille
Avril : Université de la Terre & Journée à Lille à la Skema Business school pour présenter les monnaies avec Dino
Mai : WE à Rome avec Mauve et lancement du Klub-Terre
Juin : Auto-certification pour le passage en 2ème année de Wutao School
Juillet : Break + Allemagne + Picardie
Août : Stage de Wutao, rupture avec Mauve et confiance dans la musique
Septembre : Ateliers de la Terre avec Emma
Octobre : Au Cœur de la monnaie avec Bernard Lietaer, décès d’Oliv et discours à son enterrement
Novembre : Forum ouvert Transformons nos territoires des Colibris, Séminaire associatif Istec, soirée écomobilité 2025, séminaire Holacratie avec Emmapom
Décembre : Retour des TAOA et début de l’aventure du SOL Gavroche, Noël en Normandie en famille

Et vous, qu’avez vous fait en 2011?

Je fais

Pour 2012, voici les grands projets :
Zoupic : Consulting sur les Valeurs, les mécanismes de rareté qui peuvent être dépassés, des conférences, des interventions pour expliquer, présenter, décrypter les bugs du système et mettre en place les solutions. Développer une offre sur les hacks de la monétisation traditionnelle.
Wutao : Instructeur en Juin 2012
Les Valeureux : Conseil et accompagnement dans la création de monnaies complémentaires locales, dans la réalisation d’indicateurs de richesses pour aligner des organisations avec leur Raison d’Être.
Sol Gavroche : Construction d’une monnaie locale complémentaire à Paris
Musique : Enregistrerment une dizaine de chansons et concerts : alto, guitare & voix
OuiShare_Money : Interviews des acteurs de l’innovation monétaire + livre blanc
Monnaies et événements : Des événements sur Paris et ailleurs pour faire connaître le sujet
Trans-analyse : Continuer et porter une attention particulière à la transmission en vue de devenir accompagnateur
Cercles & gouvernance : Pratique de la sociocratie et de l’holacratie
Tao : Pratique sincère
Reiki : Découvrir
Et vous, quels sont vos projets pour 2012?

2012, vivre une année comme si c’était la dernière. Ou alors vivre une année comme si c’était la première, la première d’un nouveau cycle sans comparaison avec le précédent.

Création du futur : il est temps de passer au prochain stade de l’Humanité. Êtes vous prêts à créer? Êtes vous prêts à co-créer?

Je serai sur BFM Business pour parler des monnaies complémentaires et virtuelles

J’aurai la chance d’être l’invité de Nathalie Croisé dans l’émission Paris d’avenir qui aura lieu en direct sur BFM Business ce mardi 24 de 21h à 22h.

Ce sera un plateau où je serai avec 3 autres invités, tous impliqués  dans le sujet des monnaies complémentaires et monnaies virtuelles :

Alain Philippe, Président de la Fondation Macif qui accompagne l’émergence des Accorderies en France

Jean-Pierre Morali, Directeur d’Ecosol, la coopérative qui accompagne le Sol Alpin

Stéphane Laborde du site Création Monétaire, auteur de la Théorie Relative de la Monnaie

 

 

L’émission est en direct et est diffusée simultanément en radio et télé (voici les fréquences : canal 24 de la TNT gratuite en Ile-de-France; canal 55 de Canal Sat ;  canal 95 de Numericable; canal 100 de Bouygues Telecom; canal 80 de Free/Alice; canal 149 d’Orange; canal 240 de SFR)

 

Plus d’infos sur Paris d’Avenir et pour retrouver le podcast quand il sera dispo : http://www.bfmbusiness.com/programmes-replay/emission/paris-d%E2%80%99avenir

Colloque international de recherche, des monnaies, des exemples

Je vais essayer de présenter au fur et à mesure du colloque international de recherche qui a lieu sur les monnaies complémentaires ici à Lyon de vous faire suivre les rencontres d’expériences locales qui existent.

Paolo, Argentin de Baia Blanca, vit au Vénézuéla.

Après avoir travaillé à Medellin en Colombie sur des systèmes d’échanges inspirés par les expériences de monnaies locales Argentine Paolo a été convoqué par le gouvernement de Chavez pour venir mettre en place des monnaies locales au Vénézuela.
Taille et échelle:

13 systèmes avec 12 monnaies différentes de 200 personnes en moyenne soit un groupe d’environ 2000 personnes au total. Un système s’est divisé en deux ayant atteint une trop grande échelle qui réduisait son fonctionnement.

Législation:

Reconnu et encouragé par Chavez depuis une loi de décembre.

Origine:

Repris et imité sur les expériences d’argentine. Supporté par le gouvernement pour développer l’économie locale. Développé en Colombie à Medellin et au Vénézuela.

Groupe d’utilisateurs: Que des individus ou des entreprises sociales, pas d’entreprises privées.

La notion de Prosumidor: Productor + Consumidor.
Les Prosumidor peuvent être des personnes ou des collectifs.

Fréquence des réunions:

5 réunions nationales annuelles des membres.
6ème rencontre cette année avec les enfants, les truequeritos y truequeritas

Support: Papier imprimé.

Améliorations implémentées des expériences Argentine: Pas de parité et le système n’est pas porté par une ONG ou un groupe de fondateur, il appartient à tous les membres.

Monnaies complémentaires, BD augmentée: La richesse est ailleurs

J’ai travaillé avec Owni et préparé la sortie d’une BD augmentée sur le sujet de la richesse et des monnaies complémentaires.

C’est un projet excitant qui nous a pris environ un mois pour présenter sous forme ludique et pédagogique, ce qui se passe au niveau de la création monétaire, comment sortir d’un côté passif pour devenir acteur d’un changement.

J’essaierai de faire un post plus détaillé plus tard, et si possible d’intégrer la BD ici.

Voici, par ailleurs le lien: http://app.owni.fr/bd-augmentee/

Un grand merci à l’équipe d’Owni: Julien, Sylvain, Claire, Romain, Nicolas, James, Logui et François notre dessinateur sans qui cette aventure n’aurait pas été possible.

Une version anglaise est au programme. Faites tourner!