Sacred Economics, le court film à propos du livre

Charles Eisenstein est un leader hors pair. Par son travail personnel, ses livres et sa façon de raconter les choses, il nous parle de l’économie sacré.

Ian MacKenzie est un vidéaste incroyable. Par son positionnement et ses images, il capte le meilleur pour nous offrir des prises de consciences directes avec émotion garantie.

Ensemble, ils ont réalisé un film court de 12 minutes pour reprendre le contenu du livre Sacred Economics.

La suite se passe dans vos coeurs. à vous!

 

Sacred Economics with Charles Eisenstein – A Short Film from Ian MacKenzie on Vimeo.

6 things you should know about Money in our capitalistic system

We all agree money has taken a role that is too central in our economy, we often accuse capitalism, productivism, financiarism, but let’s take a look of what we have done with our monetary systems and the rules we are playing with. Here are 6 things you should definitely know about Money in our capitalistic system :

1/ It is created by private banks

In France since 6 January 1973 the issuance of money has switched from democratic national bank to private banks. It has been sealed at the European level twice: in 1992, the article 104 from the Maastricht agreement stipulates that national banks can’t issue their national money, in 2005, the article 123 from the Lisbon agreement reseals this.

So when governments, representing the people, need to borrow money instead of creating it, as they used to do in the past, they need to borrow from private banks and pay interest.

Conclusion: Money creation, one of the most important powers, which use to be democratic, has become private. The consequence is that most countries in the world need to pay interest to private banks while they could create their own money in the past.

 

2/ Issued on debt with compounds interest

Money creation is issued when credits are created. The money is created by a simple operation with the only restriction of fractional reserve available in the bank. The borrower will have to pay the main part of the credit plus find a way to pay the interest that have not being issued by the bank.

There is not enough money in the world for us to pay our debts at the same moment, so we consistently need to do new credits in order to pay the previous one.

We believe that we only pay the interest when we borrow money, but since every business has borrowed money, we pay the price of interest in each of our transactions. (see Margrit Kennedy : Occupy Money).

Compound interest is hard for our brains to understand so here is a little story:

Would you prefer?

●      10 000€ per week during one year
●      1 cent doubling each week during one year

While the first option appears to be sexy because of the big cash possibility, 1 cent doubling each week during one year reaches 45 trillion € at the end of the year: a lot compared to the 520 000 € you can get with option 1. See the graph from Margrit Kennedy to understand the exponential function in compound interests. As soon as you pay 3% per year, you have an exponential growth function.

Conclusion: Because it is issued on debt and with compounds interest, we need infinite growth to be able to cover never-ending interests. We know this is not sustainable on a finite planet with limited resources.

 

3/ Relating on short terms revenues and no regards of the ethical purpose of the project

In the way money is created, the only precaution from the banks are your viability and your caution: if you are going to be able to pay back your loan. Money is not created regarding ethical aspects, environmental projects or human development. This leads to a short-term limitation and a narrow point of view of what wealth creation is. Bankers will always prefer projects with no particular ethics but with big revenues and a good guarantee of paying back.

Conclusion: The only criteria that allow money creation is short-term revenues: Capitalistic money has no selection criteria regarding the effects of the project and it’s consequences on human development or the environment. Money creation is out of the democratic field regarding environmental purpose.

 

4/ In a scarce way enhancing and promoting competition mechanisms

Since the money issued is only the main part of the loan, but not the interest, it means at a systemic level, we all have to hunt some of the money outside in the market to be able to pay back our loans.

Whatever friendship, family relationship we have, it means on the money market we are all enemies trying to get the money back to pay our interest to get rid of our loans. This mechanism creates competition and scarcity for all of us, and makes us acts as rivals even if we are colleagues, neighbours hospitals, PhD in different universities. The result is that we compete for money because there is not enough for all of us.

Conclusion: We compete everyday to hunt scarce money as animals do it for food on a territory; this is probably one of the most stupid behaviors we have developed that separates us from each other. It is not our intention but the design and systemic consequence of capitalistic money creates and stimulates this.

 

5/ With consequences of money concentration in fewer hands

The systemic effect of capitalistic money is Pareto effect: money concentration: the more you have, the more you will get.

We believe that everybody pays interest, so it should be equal, but while everybody pays interest, the people who profits the most from interest paid are the one that can make their money work. This generally results in the richest 10% receiving interest payment from the 80% of the population; this is true in many countries. See below the comparison of household interest payments and interest returns in Germany. This resulted in a 1 billion transfer per day on interest’s rates in 2001 in Germany. Olivier Berruyer has found out that in 2010 90% of the French population paid 16 billions € to the highest 10% in order to pay the french debt. This is the opposite of a fair money distribution and will result in every democracy in an unbalance wealth distribution.

Conclusion: Capitalistic money creates an unfair stream of ongoing revenues from the one that pays interest to the one who benefits from interest resulting in the opposite of a sustainable society.



6/ Resulting in multiple monetary and banking crises, wealth inequalities and non-democratic representation

Because of our system’s instability, we need to reset the system regularly when the poor part of the population is not able to pay the interest anymore. This is exactly like the end of a monopoly game, you need to redistribute money in order to be able to carry on playing that game. The World Bank has identified no less than 96 major banking crises and 178 monetary crises over the past 25 years. We are reaching the game’s end because most part of the population, a lot of state, many companies and household are drowning under the compound interest weight and can’t pay anymore.

We have reached a level where the 500 richest person on earth have as much money as the 500 poorest million people. Wealth inequality has never been so spread.

These laws that are made and the decisions that are taken are at no moment in the democratic field: ECB, WTO, IMF & Bâle Agreement to name just a few aren’t representing the people. There is a huge need to bring this kind of question in the democratic field.

 

Conclusion:
Monetary crises are part of the design of our exponential wealth spreading inequity in the capitalistic model. Their rhythm is rising and the origin of each crises haven’t been address so far neither the similitudes between them. Our capitalistic money creates wealth inequity, monetary crises and hasn’t been, so far, part of the democratic discourse.

 

Capitalistic money, what would you do?

Money is not the problem, the problem is the rules we use that governs our monetary system: based on debt, issued by private banks with interest that becomes compound interests and has no limit regarding the environmental limit or the ethical purpose.

We can change the rules to play a different game, a fair one, that enhance abundance, that respect the limits of the earth and that put human at the centre. Governance of this new game should be discussed democratically at a global as at a local level involving the different economic actors.

 

There are already solutions:

> Banking approach : Interest free bank : Jak bank in Sweden

> Top down approach : Basic income with central bank money creation.

> Bottom-up approach : Complementary Currencies: Wörgl, Wir, Mutual credit system, SOL, Local Exchange Trade Systems…

> Trust approach : Tontines, Cigales, Non-monetary exchange, Gift economy…

We’ll detail the solutions in some articles coming soon.

Did you know? What are you interested in?

 

Download this document as a PDF : 6 things you should know about capitalistic money

Complementary sources :

EN : http://www.margritkennedy.de/books.html
EN : http://www.brillig.com/debt_clock/
FR : http://www.legrandsoir.info/dettepubliqueetcreationmonetairepriveedesinstrumentsdupouvoirfinancier.html
FR : http://www.lescrises.fr/pertedutripleafrance/

2012 : une année comme si c’était la dernière

Comme chaque année maintenant, le petit bilan de l’année qui vient de s’écouler et la projection dans ce qui arrive. Comme l’année dernière, j’aimerai essayer de ne pas être dans l’analyse mentale du monde mais plus dans un ressenti intérieur de ce que mon intuition me dit.

Je vous souhaite

Pour cette année du Dragon d’Eau, je vous souhaite de vous réaliser. D’être vous-même, simplement et pleinement. De ne plus vous soucier du qu’en dira-t-on : de vivre votre rêve. Ou de tendre vers votre rêve chaque jour un peu plus pour vous incarner et offrir à vos proches et à vos semblables ce que vous aimez faire.

Je vous souhaite de faire avec et non pas sans, de dépasser les clivages pour/contre et de rassembler les antagonismes pour transcender ces positions bloquées et remettre du mouvement.

Je vous souhaite beaucoup de bonheur, mais aussi des peines, des étapes, des épreuves et des impasses car c’est souvent par la difficulté que nous réalisons que nous n’avions pas le bon calque de lecture et qu’une révision des croyances s’impose. Ce fut le cas pour moi en Argentine où, arrivé au fond du fond, j’ai dû changer de regard sur la réalité et m’ouvrir à ce que j’avais classé, certifié et rangé comme ridicule il y a bien longtemps.

Pour 2012 je vous souhaite des belles prises de conscience : que la lumière soit!

Je sens

Je sens que cette année est celle de tous les possibles. Si 2011 était un tour de chauffe international, 2012 peut nous apporter ce vent du changement que nous appelons tant. Non pas par la violence ou par la révolution, mais par la création, par l’ouverture, par la rencontre et la découverte que finalement, nous sommes voisins, nous sommes humains, et nous avons tant à partager.

Je sens que ce que je voyais jusqu’à présent comme deux mondes antagonistes : le système et les alters vont se rencontrer à mi-chemin. Les alters transmettant aux autres les techniques, méthodes, voies qu’ils ont pratiquées longtemps dans le désert. Ce faisant, ils approfondissent leur compassion, leur empathie et adoucissent leurs haines et colères du passé qui n’ont plus lieu d’être. Ils acceptent le monde dans lequel ils vivent car il n’a de sens que s’ils peuvent transmettre ces enseignements, ils s’ouvrent à l’autre car l’autre n’est pas un ennemi. Le système, les multinationales, les politiques eux aussi vont s’ouvrir et changer, car ils voient bien que leur position n’est plus tenable et qu’elle n’a plus de sens. Pour autant, c’est bien encore grâce à ce système que tout tient aujourd’hui, fragilement. C’est donc dans la rencontre de ces deux univers et dans l’obsolescence de la vision de l’autre comme ennemi que nous arriverons à créer. En fait, il n’y a plus d’ennemi, nous arrivons vers la fin de la dualité et vers une conscience universelle d’être humains qui souhaitent juste être heureux, ensemble et réussir à organiser le système pour qu’il satisfasse les besoins de tous en respectant la Terre et notre éco-système.

Je sens une guerre de la création, une effusion d’entreprises, de projets, de dynamiques, une créativité en réponse à la menace, une création qui répond à tout. Comme si c’était la seule arme dont nous disposions encore, comme si c’était la seule réponse qui ouvre un autre champ des possibles. Cette création, si elle est consciente : en lien avec la réalité d’aujourd’hui et avec l’évolution des autres êtres n’a ni frontières ni limites ni barrières.

2012 est l’année de tous les possibles, en 2012 nous sommes tous créateurs.

J’ai fait

En 2011, voici les grandes actions aussi bien personnelles que professionnelles que j’ai réalisées. Faire un bilan, se les remémorer permet de sentir ce que j’ai aimé, ce qui m’a plu et ce que j’ai fait :

Janvier : BD augmentée avec Owni sur les monnaies complémentaires
Février : Colloque sur les monnaies à Lyon + séminaire avec Community Forge au Tiocan. Premier séminaire de l’Université du Nous – Valeureux
Mars : Hors-Série La richesse autrement avec Alternatives Economiques + Salon Vivre autrement : animation d’un atelier sur l’échange de richesses avec Sybille
Avril : Université de la Terre & Journée à Lille à la Skema Business school pour présenter les monnaies avec Dino
Mai : WE à Rome avec Mauve et lancement du Klub-Terre
Juin : Auto-certification pour le passage en 2ème année de Wutao School
Juillet : Break + Allemagne + Picardie
Août : Stage de Wutao, rupture avec Mauve et confiance dans la musique
Septembre : Ateliers de la Terre avec Emma
Octobre : Au Cœur de la monnaie avec Bernard Lietaer, décès d’Oliv et discours à son enterrement
Novembre : Forum ouvert Transformons nos territoires des Colibris, Séminaire associatif Istec, soirée écomobilité 2025, séminaire Holacratie avec Emmapom
Décembre : Retour des TAOA et début de l’aventure du SOL Gavroche, Noël en Normandie en famille

Et vous, qu’avez vous fait en 2011?

Je fais

Pour 2012, voici les grands projets :
Zoupic : Consulting sur les Valeurs, les mécanismes de rareté qui peuvent être dépassés, des conférences, des interventions pour expliquer, présenter, décrypter les bugs du système et mettre en place les solutions. Développer une offre sur les hacks de la monétisation traditionnelle.
Wutao : Instructeur en Juin 2012
Les Valeureux : Conseil et accompagnement dans la création de monnaies complémentaires locales, dans la réalisation d’indicateurs de richesses pour aligner des organisations avec leur Raison d’Être.
Sol Gavroche : Construction d’une monnaie locale complémentaire à Paris
Musique : Enregistrerment une dizaine de chansons et concerts : alto, guitare & voix
OuiShare_Money : Interviews des acteurs de l’innovation monétaire + livre blanc
Monnaies et événements : Des événements sur Paris et ailleurs pour faire connaître le sujet
Trans-analyse : Continuer et porter une attention particulière à la transmission en vue de devenir accompagnateur
Cercles & gouvernance : Pratique de la sociocratie et de l’holacratie
Tao : Pratique sincère
Reiki : Découvrir
Et vous, quels sont vos projets pour 2012?

2012, vivre une année comme si c’était la dernière. Ou alors vivre une année comme si c’était la première, la première d’un nouveau cycle sans comparaison avec le précédent.

Création du futur : il est temps de passer au prochain stade de l’Humanité. Êtes vous prêts à créer? Êtes vous prêts à co-créer?

Consommation ou partage collaboratif?

Suite à la lecture de l’article d’Hubert Guillaud sur Internetactu.net qui de façon plus large traite d’usage et de mésusages & suite à la lecture de Vincent Truffy sur son blog médiapart, j’ai voulu expliquer ce qui à mes yeux fait partie de la consommation collaborative, et des valeurs que je voyais naître grâce à ce mouvement.

J’ai été gêné du mélange général que j’ai pu voir entre les différentes formes de pratiques qui existent et les différences qu’elles ont. Ainsi voilà pour moi les deux améliorations, deux formes de valeur ajoutée, qu’apportent la Consommation Collaborative / Economie Collaborative que je mettrai dans cet ordre :

1) Une meilleure allocation des ressources

Elle permet de redonner du service à ce qui stagnait. Elle engendre une réflexion sur l’accès et l’usage plutôt que la possession. Elle met un stop à la société du toujours plus. Alors que nous avons appris collectivement en suivant le chouette modèle américain à avoir tout une gamme de possessions matérielles pour pouvoir exister et briller en société, nous comprenons aujourd’hui que cela n’est plus compatible avec les limites de la terre. Nous comprenons également que cela ne nous rend pas heureux durablement. Si cela apporte certes un confort agréable, cette quantité matérielle qui nous entoure n’est pas constitutive de notre bonheur.
D’un autre point de vue, on pourrait sûrement analyser que plus nous nous sommes recouverts de biens matériels, plus nous nous sommes éloignés de nos voisins et amis, séparés par la différence matérielle qui nous élevait à des rangs sociaux en compétition et nous empêchait d’entrer dans une relation basée et intéressée sur l’être, sur l’autre.

C’était l’ère de l’avoir. Nous sommes arrivés au bout de cette piste et aujourd’hui le jeu consiste à réfléchir aux meilleures allocations possible pour tous ces objets, motivés par trois raisons :

– La terre ne pourra pas supporter plus (et si on réfléchit, c’était bien débile d’en arriver là)

– Cela me coûte effectivement moins cher, et en temps de crise, c’est parfois simplement une obligation que de louer plutôt que d’être propriétaire.

– Le cool a changé.

Ces trois raisons répondent à l’équation de l’allocation des ressources. Elles ne répondent pas encore à ma recherche d’un bonheur durable et à une vraie rencontre de l’autre.

La naissance d’un nouveau mode de consommation

Cette nouvelle allocation des ressources a créé de nouvelles formes de business qui remettent du sens dans l’usage des biens. Ces business ont également été rendus possibles grâce à l’évolution technologique et à la possibilité de rencontrer des offres et des demandes d’inconnus à proximité, avec des indicateurs permettant de créer une confiance malgré la distance. (ebay, Deways, zilok, etc..) Cela existait déjà avec le minitel, mais Internet a rendu tout cela complètement évident.
Qu’elles soient top down & centralisée ou grass-root & décentralisée, ce sont les objets qui circulent autour des humains. Nous en partageons la jouissance. Quel que soit le propriétaire : l’état, une organisation privée, les particuliers, une communauté, ces outils/biens sont en partage moyennant un coût à l’accès. Ce sont des locations, un partage de l’usage et des coûts d’usage. L’autre particularité, c’est qu’elles demandent au particulier de mettre leurs objets et leurs propriétés en mouvement, et pas seulement un investissement centralisé pour lancer une flotte de départ dans le cas d’un loueur de voiture.

Avantage pour le consommateur : cela diminue les frais d’accès. Je peux louer une après-midi un appareil photo numérique de très haute qualité. Je peux avoir accès une voiture pour mon déménagement ponctuellement. Ce que je pouvais déjà faire avant en le demandant à mon réseau ou à des loueurs de voiture pour le cas de l’auto-partage, j’ai toute une offre commerciale aujourd’hui qui diversifie les options et les possibilités.

Avantage pour le prêteur : Il y en a deux : je suis heureux parce que mon objet sert à quelque chose/quelqu’un d’autre : j’en partage l’usage. Je suis également heureux car j’ai une contrepartie financière.

Résultat : le marché est plus fluide, mes options plus grandes. Et c’est au niveau précis de mon besoin que je vais trouver la forme correspondant le mieux pour répondre. Est-ce que je recherche une rencontre? un conseil auprès d’un professionnel? du simple matériel? une réduction tarifaire?
Nous comprenons également que la possession est désuète tant que je peux avoir accès aux services dont j’ai besoin. Ainsi, si vous êtes jeunes, entrepreneurs, regardez les marchés qu’il reste à ouvrir, qu’est-ce qui se partage et qui n’est pas encore monétisé? Des biens, des services, des expériences? Quel secteur n’a pas encore son concurrent dans la consommation collaborative? Il y a sûrement une opportunité d’un marché à déguster et de comportements à changer.

Petit bonus : j’appartiens à une communauté de gens qui pratiquent et croient en ce modèle.

 

2) Une rencontre et un partage

Cette part que j’ai et que je n’exploite pas, je vais pouvoir la partager et l’offrir à qui en a besoin. C’est la différence entre couchsurfing et Airbnb. Par ce biais je rencontre un autre être humain dans une rencontre non marchande où l’argent n’est pas une barrière : cela ne me coûte pas plus de partager quelque chose alors je l’offre. Mieux : j’ai envie de partager et d’offrir.

>> Elle crée des vraies histoires et un autre rapport à l’autre.

Je crois que c’est cette part du changement qui adresse la question plus en profondeur de s’ouvrir à l’autre, à l’être plutôt qu’à mes biens, celle qui remplit de façon plus entière. C’est la différence entre couchsurfing et airbnb : l’un est complètement non-marchand et non intéressé monétairement. Cela ne veut pas dire que c’est mieux ou qu’ils ont raison, c’est différent. Ils répondent à des besoins différents.

Charles Eisenstein disait dans sa vidéo The revolution is Love

« La consommation collaborative ne créée pas de connexions fortes, seulement la co-création permet cela ».

La deuxième partie, souvent caractérisée par le non marchand, mais je crois qu’elle existe aussi dans le marchand pour peu que les personnes qui échangent soient ouvertes à cette dimension, dépasse pour moi cette consommation collaborative, je ne suis plus consommateur, j’aime offrir et rencontrer l’autre dans un univers différent du marchand, nous nous rencontrons sur un autre plan, motivé par d’autres raisons.

En conclusion

– Le premier pas correspond à une forme de consommation collaborative où l’on optimise l’allocation des ressources en mutualisant les frais et dans lequel l’organisateur de cette nouvelle répartition prend une part. C’est l’évolution naturelle du business et une organisation logique et censée qui nous reconnecte les uns aux autres par le biais de nos usages.
– Le deuxième pas consiste à une rencontre entièrement dédiée à l’autre, rendre service.

Dans le premier cas je partage l’usage et je partage les frais. Dans le second cas je partage l’usage et j’offre les frais.

Pour finir je dirai que l’allocation des ressources n’est que le syndrome extérieur visible du phénomène de prise de conscience de la distance que nous avions mise entre nous et quelle que soit la forme qu’ils prennent, ces mouvements nous allègent matériellement, nous rapprochent et nous rendent plus heureux en surface comme en profondeur.

Un grand bol d’air

Disclaimer : ce billet a été rédigé en Août 2010, le voici seulement publié en Janvier 2012.

Me voici donc de retour à Paris, pour une petite semaine avant de repartir pour une semaine au Tiocan pour un séminaire sur la co-création et les monnaies.

Ce qui est caractéristiques de ces vacances à mes yeux, c’est le fait que je sois resté en France. C’est assez rare pour moi de ne pas traverser les frontières qui me séparent de l’Allemagne ou d’aller un peu plus loin, et dans une situation éconnomique, énergétique telle que nous la connaissons aujourd’hui, découvrir son pays d’origine, ça a du bon. Au-delà du côté décroissantiste ou locavore, c’est aussi le plaisir de voyager dans des régions magnifiques, celles que nos voisins hollandais, britanniques et belges viennent visiter chaque été: je crois qu’on peut le dire, la France est un pays surprenant.

2 semaines pour le corps et l’esprit

Du 25 juillet au 5 août 2010, j’étais aux Arcs 1600 dans les Alpes pour un stage de Wutao. C’était le grand saut pour moi, la première fois que j’allais faire un stage d’arts corporels, et qui plus est pas n’importe lequel, celui qui est né aux Arcs même il y a 10 ans, j’ai nommé le Wutao. Ce billet n’est pas sponsorisé, mais comme je travaille à Génération-Tao et que je suis inscris pour la Wutao-school à la rentrée, vous comprendrez mon engouement..

D’abord ce que je dois dire, c’est que c’était beau et bon. Être à 2000 mètres pour pratiquer et respirer est un cadeau d’une rare qualité que la montagne nous a fait: nous accueillir en son sein. Pour les taoïstes, l’environnement et l’écologie sont fondamentaux, nous l’avons compris pendant ces deux semaines.

D’un point de vue personnel, ce fut l’occasion de découvrir les nombreux élastiques qui s’animent dans mon corps tout atour du diaphragme, mais aussi dans les différents centres énergétiques qui nous constituent. Pas toujours facile de persévérer pour essayer de toucher la torsion, la flexion, l’animation de certaines zones dites muettes de mon corps. Cependant, se sentir traversé par l’onde, l’air frais qui a le goût d’une eau très fraîche, pouvoir regarder les nuages de haut sont autant d’éléments qui laissent apparaître un sourire béa sur mon visage.

Le plaisir d’être accompagné par des professeurs de qualité, qui prennent autant de plaisir à me transmettre que moi à découvrir mes voies d’amélioration. La fragilité de l’ego quand je suis à bout, quand j’en ai marre, quand je n’y arrive plus et la subtilité du professeur qui vient me donner ses conseils, me les proposer sans m’imposer quoi que ce soit m’a sauvé plusieurs fois. C’est d’ailleurs sur ce chemin que j’ai manqué d’aise: le fait que tout se passe à l’intérieur, dans la sensation, le ressenti. Voir et comprendre, analyser et disséquer qui sont d’habitude mes outils de prédilection servent à l’acquisition du déroulé du mouvement, mais quand il s’agit de répéter tout cela, je m’aventure sur un autre terrain parsemé d’embûches..

 

Pour découvrir le Wutao :

Le site dédié : www.wutao.fr & le site du centre : www.centre-tao-paris.com

Le livre qui vient de sortir et qui permet vraiment de découvrir et de comprendre toute l’essence de la pratique.

Une petite vidéo pour finir et vous donner le goût, désolé d’avance pour la qualité qui n’est pas incroyable

Deux vidéos avant les voeux 2012 et le programme

Deux vidéos marquantes que j’ai découvert ces dernières semaines.

La première, sous la forme d’un rap intéressant, une présentation de 2012 qui m’a beaucoup marquée, réalisée par Rap NEWS : Robert Foster de Juice News.

 

Encore un peu critique sur le people VS corporation et qui part bien dans certains délires conspirationnistes/Ovnis, elle fait un joli tour de la situation. Je préfère la vision plus intégrale de Charles Eisenstein, voir ci-dessous..

La seconde, du Charles Eisenstein, dont je vous avais déjà parlé ici avec la très bonne vidéo Money & life. Voici une courte vidéo réalisée pendant Occupy Wall Street, où l’auteur de Sacred Economics raconte que la révolution n’est pas à propos des 99% contre les 1%, mais de la quête de chacun pour trouver son talent à offrir au monde, occupy, the revolution is love…

J’y reviendrai plus en détail, notamment sur tout le travail et le choix de vie d’économie du don dont parle magnifiquement Charles.

Pour une version avec les sous-titres en français, cliquez ici

Naomi Klein nous parle de rareté et d’abondance

Je viens de tomber sur ce bout du discours de Naomi Klein qu’elle a fait à Wall street dans le mouvement Occupy Wall street

 

Nous savons tous, ou du moins nous sentons que le monde est à l’envers : nous agissons comme s’il n’y avait pas de limites à ce qui, en réalité, n’est pas renouvelable – les combustibles fossiles et l’espace atmosphérique pour absorber leurs émissions. Et nous agissons comme s’il y avait des limites strictes et inflexibles à ce qui, en réalité, est abondant – les ressources financières pour construire la société dont nous avons besoin.

La tâche de notre époque est de renverser cette situation et de contester cette pénurie artificielle. D’insister sur le fait que nous pouvons nous permettre de construire une société décente et ouverte, tout en respectant les limites réelles de la Terre. (…)

Considérons ce beau mouvement comme s’il était la chose la plus importante au monde. Parce qu’il l’est. Vraiment. »

 

Moi qui suis profondément intéressé à la rareté et à l’abondance, j’aime ici la clarté de son propos. Avant toute chose, j’aime à rappeler que la rareté est un état relatif, tout comme l’abondance. C’est à dire que c’est rare ou abondant, par rapport à quelque chose d’autre et en général, c’est par rapport à nos besoins. On revient sur l’histoire de Gandhi de la différence entre les besoins et les désirs.

Nous n’avons pas assez sur Terre pour subvenir aux désirs de tous, mais il y a assez pour subvenir aux besoins de tous.

Pour moi, viennent le besoin d’une réorganisation et le besoin d’une redistribution. Mieux répartir ce qui doit l’être. Et prendre conscience évidemment des limites.

Et ce qui est limité et finit, c’est bien la Terre, ses réserves, son atmosphère et ses ressources non renouvelables. Illimité et infinis, ce sont notre créativité, notre potentiel, notre amour et tous les symboles et systèmes que nous pouvons créer pour mieux gérer, organiser, partager, répartir et disposer de ces ressources limitées dont nous avons tous besoin pour notre développement.

Abondance, rareté, à nous d’inverser les croyances!

We are the 99% 😉

Tao teh King – 53

Le Tao te king est le livre de la voie et de la vertu chinoise. Comme la bible, ce livre donne des comportements, des clés de compréhension de ce qu’est le Tao. Classique intemporelle de la sagesse chinoise, il a été écrit par Lao Tseu, dit-on, 6 siècle avant Jésus-Christ.

Aujourd’hui, j’aimerai partager avec vous le chapitre 53 qui trouve un certain écho dans l’actualité.

 

53

La grande Voie est simple,

mais les gens préfèrent les chemins détournés.

Sois conscient lorsque les choses sont déséquilibrées.

Reste centré dans le Tao.

 

Quand de riches spéculateurs prospèrent

alors que les paysans perdent leurs terres ;

quand le gouvernement dépense de l’argent

en armes plutôt qu’en remèdes ;

quand la classe supérieure est extravagante et irresponsable

alors que les pauvres n’ont nulle part où se tourner –

tout cela est vol et chaos.

Ce n’est pas être en accord avec le Tao.

Au coeur de la monnaie de Bernard Lietaer

Comme vous le savez tous, je travaille avec l’agence de presse Emmapom et j’ai la chance, l’honneur et le privilège de travailler avec Monsieur Bernard Lietaer qui publie un livre aux éditions Yves Michel.


Sacré hasard et belle coïncidence qui fait que je me retrouve à communiquer professionnellement sur le livre d’une des personnes pour qui je communique déjà passionnellement…

Le livre est deep, long et détaillé. Sa conclusion sans appels. Je ne vais pas refaire un billet complet puisque c’est déjà ce que j’ai fait pour le blog d’Emmapom, que j’anime: http://blog.emmapom.com

Vous trouverez le billet complet ici: http://emmapom.com/blog/2011/07/19/au-coeur-de-la-monnaie-bernard-lietaer-nous-invite-au-voyage/

Nous organiserons une conférence de presse le 5 octobre avec la Princesse de Polignac, qui a rédigé la préface du livre. Si vous connaissez des blogueurs, des journalistes, des médias qui pourraient être intéressés par le sujet, faites leur suivre l’info et n’hésitez pas à les mettre en contact avec moi! etienne arobaze emmapom point com

Vous trouverez le Communiqué de Presse ici.

Paradigme du partage de la connaissance et de la propriété

Si quelqu’un aujourd’hui attaquait Wikipédia parce qu’il fait de la concurrence déloyale à son business, la communauté internationale serait prête à la défendre pour dire que ce qu’elle fait sert l’intérêt général.

Si quelqu’un aujourd’hui attaquait GNU/linux ou Firefox pour concurrence déloyale, là encore on pourrait sentir collectivement que ces logiciels avec leurs licences de logiciels libres servent l’intérêt général.

Pour que le Shift se fasse, et il se fera, nous avons besoin d’une masse significative de brevets en licences libres qui défendent l’intérêt général. Nous avons besoin que l’évidence du partage s’affirme contre la honte et le crime de garder des brevets de médicaments, des propriétés secrètes alors que certains sont en train de mourir. Nous avons besoin qu’une assemblée de gens qui ne se connaissent pas donnent les plans, les secrets, les recettes des produits que nous achetions jadis en payant des brevets incroyables dans une économie de rareté artificielle.

 

Quand quelques exemples nous auront montré que c’est possible, alors nous serons sortis de la société de la rareté, même pour le monde matériel.

 

Je vous assure que ce n’est pas si loin du tout…

 

L’intérêt général du partage et des licences libres dépassera l’intérêt individuel des brevets et propriétés privées.